Les arts vivants du vodou haïtien. Processus de transmission, filiations grotowskiennes et anthropologie

Les arts vivants du vodou haïtien. Processus de transmission, filiations grotowskiennes et anthropologie

DURÉE DU PROJET

2021 - 2022


PORTEUR(S) DU PROJET

Stéphane Poliakov (metteur en scène, MCF Paris 8, EA 1573 Scènes du monde) et Fabrice Nicot (metteur en scène, professeur d'art dramatique, chargé de cours et doctorant Université Paris 8 (EDESTA) / Université d'Etat d'Haïti, laboratoire Ladirep)


EN COLLABORATION AVEC
EA 1573 Scènes du monde, création, savoir critique, EA 4414 Histoire des arts et des représentations (HAR), Université d'Etat d'Haïti - laboratoire LADIREP, Institut Grotowski - Wroclaw, Pologne, MSH Paris Nord, MSH Paris Nord, Site de pratiques théâtrales Lavauzelle - Creuse

Le vodou haïtien n’est pas seulement un culte, un fait social, c’est une pratique performative, esthétique, spirituelle, une activation des mémoires et des gestes. Il atteste d’un passé colonial, lié à l’esclavage, joue un rôle économique, politique, pratique l’incantation, le sacrifice, la parodie. Sa dimension vocale, corporelle, spectaculaire culmine dans la possession ou venue des esprits (lwa). Le chant, la musique, la danse, les tracés-idéogrammes (vèvè) avec une communauté de participants peuvent être appris, pensés, ouvrir à la création.

A partir d’un travail de terrain au sein de 2 communautés à Jacmel et Cap-Haïtien, le projet déploie une expérience pédagogique, artistique, réflexive en France, Pologne et Haïti avec ces communautés. Il vise à activer des processus de transmission en réunissant étudiants, professionnels, praticiens, anthropologues, spectateurs impliqués ou distants. Il interroge l’observation, la participation, l’écriture scientifique et littéraire, le regard cinématographique documentaire sur une pratique questionnant une anthropologie des arts vivants et les arts de la scène (théâtre, danse, performance, musique). Les recherches du metteur en scène J. Grotowski et ses filiations (Pologne, Italie, Etats-Unis, enseignement au Collège de France) nourrissent ces interactions à partir des années 1970. Le vodou peut ainsi être envisagé comme “art de la transformation” (D. Kosinski) au sens où il induit une modification de l’actuant (doer).

Le projet se déroulera en partie à Wroclaw et à Brzezinka, lieux emblématiques du théâtre-laboratoire et d’un « théâtre des sources ». Il sera inclus dans le programme “Wroclaw, capitale mondiale des arts de la scène” de l’Unesco/ITI 2022. Interroger in situ la transmission vise à incarner les questions. Le vodou, investi d’une portée esthétique en Haïti dès les années 1930, a été un objet de questionnements pour l’ethnologie française. A la suite de Turner et Schechner, l’anthropologie et les performance studies ont questionné les enjeux théâtraux du rituel. Qu’en est-il aujourd’hui où d’autres approches se font jour ? Quelles dynamiques performatives, relationnelles sont à l’œuvre ? Qu’en est-il de l’idée de possession ? Comment éprouver, cartographier, documenter la “fête” par un apprentissage incorporé ? Quels sont les enjeux d’une approche ethnoscénologique et artistique en Haïti ? Les questions de transmission, de spatialisation seront posées de façon historique et critique en croisant textes, performances, expériences, projections.

Le projet se clôturera à Port-au-Prince par un colloque sur le statut du vodou comme “patrimoine culturel immatériel” au sens des « expressions et traditions vivantes » fondées sur les pratiques des communautés telles que définies par la dernière convention de l’Unesco et donnera lieu à la réalisation de films et à la mise en ligne d’un site internet (blog), reprenant les vidéos documentaires et compléments filmiques en vue d’une publication multimédia.

 

Conférence online autour de Jerzy Grotowski, du programme « BodyConstitution » et des chants et danses vibratoires haïtiens (Cours Florent)

 

 

Arts du vodou haïtien à l’Université Paris 8 (cours de Fabrice Nicot) :

 

 

 

 

Vaudou-Holidays / ateliers

VAUDOU_HOLIDAYS fait suite au projet Vodou-Lakay en 2019. C’est un programme de résidence, atelier et action artistique autour des arts du Vaudou*, en Creuse, du 24 juin au 5 juillet 2021. Il est orchestré par le Site de pratiques théâtrales Lavauzelle (Janaillat) et le Constance Social Club (Faux-la-Montagne)

  • Du 23 au 30 juin : le groupe sera accueilli par les membres de la communauté de Faux-la-Montagne et du Plateau, qui ont organisé des moments de vie ensemble, de partage et de fête autour de temps de la vie quotidienne et extra-quotidienne (manger, soigner, mourir, célébrer…). Ce temps de six jours est ouvert à tous, sans inscription préalable, et se déroulera à Faux-la-Montagne et ses environs. La participation est gratuite, avec des cantines à prix libre. Pour l’hébergement, vous renseigner auprès du relai local, le Constance Social Club.
  • Du 1er au 4 juillet, le Site de pratiques théâtrales, accueillera le groupe pour un atelier de partage de pratiques, ouvert à tous, avec 2 autres artistes/groupes qui interrogent les arts du Vaudou. Le travail sera divisé en modules qui permettront de rencontrer ensemble les pratiques artistiques du Vaudou, avec un accompagnement individuel possible en fonction des demandes des participants.

Programme de Vaudou-Holidays

 

 

 

 

 

Lignée organique : vodou haïtien et ateliers pratiques à l’Institut Grotowski

(Wroclaw / Pologne)

 

Direction : Fabrice Nicot et Stéphane Poliakov

Avec Marco Balbi Dipalma, Przemysław Błaszczak, Joanna Kurzyńska, Marie-Suze Jean-Baptiste, Dalia Jean, Nadile Charles, Saintelus Candy

 

– Du 4 au 11 juillet 2021 : stage destiné aux étudiants des universités Paris 8 et de Nanterre

 

– Du 12 au 18 juillet 2021 : stage pour artistes professionnels

Cet stage, coordonné par Fabrice Nicot et Stéphane Poliakov, est construit autour d’une rencontre immersive à Brzezinka (la base forestière de l’Institut Grotowski de Wroclaw / Pologne) avec quatre membres des communautés du vodou venus d’Haïti (chanteurs, danseurs, musiciens de rituels) et des artistes français et polonais.

Il s’agira, dans l’esprit d’un laboratoire d’anthropologie des arts, par une démarche pratique, créative et réflexive, d’interroger la nature et les processus de transmission des chants et danses de la tradition du vodou haïtien ayant inspiré la pédagogie de Grotowski et de ses héritiers.

L’enseignement des arts vivants du vodou haïtien se fera au plus près des processus de transmission propres aux communautés invitées. Ainsi, au travers d’une expérience immersive et de vie communautaire, tout au long du séjour, les participants pratiqueront les chants et danses, s’imprégneront d’une langue (le créole haïtien), d’une histoire orale mais aussi d’un mode de vie à travers la cuisine, la pharmacopée et certaines actions rituelles autorisées pour les non-initiés.

Parallèlement, toujours en coopération avec les communautés, les arts vivants du vodou haïtien seront interrogés en pratique, dans des ateliers dirigés par des artistes et pédagogues internationaux liés à différentes périodes de la recherche de Grotowski et privilégiant une approche organique de la présence de l’acteur.

La première partie du stage, menée par les communautés du vodou haïtien, Fabrice Nicot et Marco Balbi Dipalma (parathéâtre) questionnera la notion de communauté ainsi que les liens entre « intime » et « collectif » durant l’acte artistique.

Deux ateliers pratiques exploreront l’analyse par l’action et la méthode de l’étude (Stéphane Poliakov).

Ensuite, la communauté vaudou haïtienne et deux pédagogues de l’Institut Grotowski se concentreront sur le travail du corps, de la voix et de l’action organique.

Ce stage s’adresse à des praticiens désireux d’explorer, par une expérience immersive, les liens unissant les arts et les rituels dans les traditions du vodou haïtien et héritières de Grotowski. Il se veut, pour les participants, une expérience d’interculturalité en acte, de partage artistique et humain, fondé sur une forme d’apprentissage collective, permettant de se confronter à une déstabilisation des repères. Le travail sera en partie filmé et donnera lieu à un documentaire de recherche d’anthropologie des arts coproduit par l’Institut Grotowski et l’Université Paris 8. Il s’inscrit dans le cadre du projet de recherche Les arts vivants du vodou haïtien. Processus de transmission, filiations grotowskiennes et anthropologie de l’EUR ArTeC et de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord avec l’Université Paris 8, l’Université Paris Nanterre, l’Université d’Etat d’Haïti et l’Institut Grotowski.

Pour plus de détails et pour les inscriptions : http://en.grotowski-institute.pl/wydarzenia/lignee-organique-haitian-vodou-practical-workshops-grotowski-institute/

 

– Du 19 au 27 juillet 2021 : répétitions de la troupe du Théâtre Zar (Institut Grotowski) avec la communauté du vodou haïtien Mme Nerval (Jacmel) en préparation de l’événement Wroclaw Capitale des arts performatifs 2022 / ITI – UNESCO (non public)



ÉQUIPE DU PROJET

Membres des communautés vodou

  • Lakou de Mme Nerval (Jacmel, Haïti) : Marie-Suze Jean-Baptiste, Dalia Jean, Charles Nadile, Saintelus Candy
  • Lakou Legphibao (Cap-Haïtien, Haïti) : Marie-Carmel Mentor, Merville Mirlande

Equipe 

  • Jhon Picard Byron PR Université d’Etat d’Haiti – directeur du laboratoire Ladirep
  • Jaroslaw Fret, metteur en scène, directeur de l’Institut Grotowski (Wroclaw, Pologne)
  • Jean-Marie Pradier PR émérite Université Paris 8/MSH Paris Nord
  • Laënnec Hurbon PR émerite, Université d’Etat d’Haiti – directeur de recherche émérite CNRS
  • Jean-François Dusigne PR Paris 8, EA 1573 Scènes du monde, directeur de l’ARTA.
  • Raphaëlle Doyon, MCF Paris 8, EA 1573 Scènes du monde
  • Damien Mottier MCF cinéma anthropologique, Université Paris Nanterre, laboratoire HAR
  • Jean-François Favreau, metteur en scène, docteur, directeur du site des pratiques théâtrales de Lavauzelle (Creuse).
  • Emma Gobin, MCF Paris 8, Chercheure au LAVUE (UMR 7218) – équipe AUS
  • Katerina Kerestetzi, Laboratoire d’anthropologie sociale Collège de France (LAS)
  • Biño Sauitzvy docteur, metteur en scène et performeur, enseignant Paris 8
  • Muriel Roland, metteuse en scène, doctorante, Paris 8 / École Nationale de Théâtre de Bolivie

© photographies, Magda Madra et Laurent Wittmer

évènements