Grande collection Petite collection

 La Petite Collection ArTeC a pour vocation de publier des traductions de textes brefs, qui contribuent à renouveler les débats culturels francophones, sur les thématiques relevant du périmètre d’ArTeC, en y important des initiatives ou des visions à fort potentiel programmatique. Les textes traduits sont généralement accompagnés par une préface et une postface qui discutent le texte et le mettent en perspective. 

Exemple d'édition

Numéro 11

Benjamin H. Bratton, Terraformation 2019

Sous la direction d’Yves Citton et Grégory Chatonsky
Un manifeste provocateur et stimulant de Benjamin Bratton qui promeut de nouveaux modes d’habitation (et d’artificialisation) de la planète, face à la crise environnementale, économique et sociale qui dément radicalement la possibilité d’une poursuite du modèle capitaliste mondialisé actuel.
Aucun retour à la nature, aucune zone autonome, ni aucune colonisation d’astéroïde lointain ne nous permettront d’échapper au saccage que le capitalisme consumériste impose aux populations défavorisées des divers Suds. Benjamin Bratton appelle à accélérer le processus de terraformation en mobilisant à l’échelle enfin planétaire les puissances du design, de la planification et de la computation. Son texte programmatique et provocateur est fait pour secouer notre vision trop confortable d’une écologie localiste et cousue-main, en prônant au contraire une automatisation tous azimuts qui ébranle nos conceptions de la politique comme de l’action. Une autre artificialisation du monde est-elle possible ? Souhaitable ? Évitable ?
Acheter
Exemple d'édition

Numéro 10

ZOE BELOFF, Techniques de la distraction

Sous la direction de Paul Sztulman et Dork Zabunyan

Zoe Beloff est une artiste new-yorkaise, pionnière dans le champ de « l’archéologie des médias ». Ses oeuvres se situent à la croisée de l’art d’avant-garde, des cultures populaires et de la théorie critique. Les deux textes présentés ici accompagnent deux projets distincts. Le premier, Dreamland : la Société psychanalytique amateur de Coney Island et son cercle, 1926-1972, porte sur une communauté fictive, basée dans un parc d’attraction. Son fondateur n’aurait eu de cesse, à travers des films, une bande dessinée et un projet de parc à thèmes, de tenter de figurer les théories de Freud. Le second, Les émotions vont au travail, cherche à saisir une mutation en cours, où l’investissement affectif que l’espèce humaine entretient avec les technologies numériques est converti en valeurs financières et stocké dans des nuages de données. Des manèges à sensations aux émoticônes, ce sont autant de techniques de distraction qui se dessinent et se dialectisent.

Acheter
Exemple d'édition

Numéro 9

CARMELO BENE, L’esthétique du déplaisir

Sous la direction de Laetitia Dumont-Lewi

Au croisement des arts, l’œuvre de Carmelo Bene – acteur, auteur et metteur en scène, pour le théâtre, le cinéma et la télévision, mais aussi romancier et poète – remet systématiquement en question le langage artistique avec lequel il s’exprime. Ni captations de spectacles théâtraux, ni adaptations cinématographiques, ses réalisations pour le petit écran explorent les possibilités techniques et esthétiques offertes par le médium télévisé. 

Ce volume réunit deux entretiens, respectivement avec les critiques Italo Moscati et Maurizio Grande, publiés au moment de la diffusion du Hamlet télévisé de Carmelo Bene (1978). L’artiste y expose sa méthode de travail et ses idées sur la télévision, ce « médium innocent aux possibilités puissantes, inexplorées ». Relues à l’ère d’Internet, ses réflexions invitent à penser les liens entre spectacle vivant et petit(s) écran(s), mais aussi entre nouveautés technologiques et recherche esthétique, entre avant-gardisme artistique et diffusion de masse.

Acheter
Exemple d'édition

Numéro 8

ERIN MANNING & BRIAN MASSUMI,  Pensée en acte – Vingt propositions pour la recherche-création

Sous la direction d’Yves Citton

La « recherche-création » monte en puissance en France. Erin Manning et Brian Massumi en sont parmi les plus radicaux théoriciens. Ils se demandent dans ce petit ouvrage quelle écologie de l’expérience mettre en place, entre recherche et création, pour nous aider à penser ensemble et à mettre la pensée en acte. En guise de réponses, ils tirent de leurs expériences vingt propositions décoiffantes et enjouées, qui donnent des envies plutôt que des leçons. Ils sèment ainsi des graines d’événements éminemment politiques, dont notre avenir a bien besoin.

Acheter