Contenu restreint

Cette publication est réservée aux utilisateurs connectés. connectez-vous à votre compte et réessayez.

Offre de formation

Le DIU ArTeC+, diplôme post-master en un an, prépare les étudiant‧es aux gestes de la recherche et de la création, pour les aider à préciser et consolider un projet artistique ou de doctorat en recherche-création.

 

Programme du DIU ArTeC+ année 2023-24

 

Aliénations expérimentales

 

 

Pour l’année 2023-2024, le DIU ArTeC+ proposera à ses participant·es de réfléchir ensemble sur les entrecroisements épistémologiques, anthropologiques, esthétiques et politiques entre les processus d’aliénation et d’expérimentation.

L’aliénation a été pathologisée par les psychiatres du XIXe siècle, qui ont tenté de la circonscrire dans des catégories cliniques et des asiles d’enfermement en créant parfois d’étranges dispositifs de prises de vue. Elle n’a pas eu bonne presse auprès des philosophies politiques du XXe siècle, qui carburaient à la critique et à l’émancipation. Elle nous semble mériter d’être reconsidérée à la lumière des transformations scientifiques, technologiques, sociales et politiques qui marquent le XXIe siècle, en un moment historique où la « raison » et le « développement » (économiques) s’avèrent relever de la folie (écocidaire), où l’émancipation individualiste se confond de plus en plus avec le délire libertarien, et où la critique n’en finit pas de se mordre la queue. Face à ces impasses, nous proposons d’explorer une hypothèse de travail : et si faire la part (incompressible quoique variable) de nos aliénations était une précondition nécessaire tout autant qu’un horizon désirable de toute pensée et de toute pratique artistique en prise sur notre époque ?

Nous proposerons des lectures communes aidant à comprendre en quoi toute forme de socialisation relève de l’aliénation, au sens où chacun·e de nous est nécessairement envoûté·e par nos actions et fictions communes. Nous tenterons de comprendre comme les technologies numériques accélèrent et redimensionnent nos ensorcellements mutuels (profondément inégaux), au point d’inviter à lire les IA comme des « Intelligences d’Aliénations ». Nous essaierons de comprendre les propriétés terraformatrices des multiples formes d’emprises par lesquelles nous nous entre-aliénons. Au lieu de combattre l’aliénation, nous chercherons à comprendre comment mieux choisir nos aliénations – et comment les rendre désirables sous horizon d’hyperaliénation.

Nous espérons donc mettre en partage des formes de pratiques (artistiques, activistes, somatiques, psychiques) visant à expérimenter avec nos aliénations, plutôt qu’à nous résoudre (et nous lamenter) à les subir. Cette année aussi, le DIU prendra la forme d’ateliers au sein desquels les participant·es (artistes et chercheur·euses en sciences humaines et sociales) entre-polliniseront leurs investigations personnelles pour les altérer, les reconfigurer, les hybrider – les aliéner – au sein de réflexions et de productions communes.

Nous proposerons de considérer l’expérimentation elle-même comme une forme d’aliénation : en expérimentant, je sors de moi-même (et de mes certitudes) pour m’exposer à une altérité possible et souhaitée, à une surprise qui menace de saper mon savoir-pouvoir et mon identité, à un emportement qui risque de m’emmener où je ne sais-veux pas aller. L’acceptation de ce risque, avec l’incertitude et l’humilité qui l’accompagnent, nous semble indispensable pour faire face au moment actuel. L’expérimentation avec nos aliénations nous semble en effet être devenue une arme des activismes réactionnaires, qui ont parfaitement compris tout le profit qu’ils pouvaient en tirer. Une attitude expérimentale progressiste envers nos aliénations nous semble à revaloriser dans le contexte présent, et les pratiques de recherche-création nous paraissent avoir un rôle majeur à jouer dans nos modes à venir de co-habitation.

Le DIU ArTeC+ 2023-2024 sera animé cette année encore par Grégory Chatonsky et Yves Citton, avec la collaboration d’Emmanuel Grimaud, et la participation de nombreux·ses invité·es extérieur·es.

 

Programme du DIU ArTeC+ année 2022-23

 

IMAGINATION ARTIFICIELLE

(L’espace latent de la recherche-création)

 

Les pratiques artistiques sont troublées par l’intelligence artificielle (IA), tandis que les démarches de recherche hésitent entre la crainte d’une menace et les promesses de dépassement. D’un côté, un solutionnisme annonçant que la « créativité » sera remplacée par une machine toute puissance, ou que la « théorie » serait devenue obsolescente face à la force computationnelle brute des corrélations. De l’autre, on a de multiples critiques de cet arraisonnement par la raison calculante, réduisant toutes choses, dont l’artiste, à une variable, renforçant jusqu’à la caricature les biais de racialisation, de genre et de classe, anticipant les comportements et contrôlant le biopolitique, réalisant les récits de SF devenus matrices hyperstitionnelles. Dans les deux cas, on cherche à se faire rêver ou à se faire peur en construisant une autonomie de la machine qui répondrait en miroir à la construction du sujet moderne, dont l’artiste est une des incarnations.

Année de propédeutique au doctorat en recherche-création, le DIU ArTeC+ propose pour l’année 2022-2023, d’aborder l’IA d’une façon originale, comme objet et méthode de recherche-création, en l’expérimentant dans l’élaboration d’un projet artistique et dans l’écriture théorique de la recherche.

Le modèle avancé sera moins celui d’une autonomie fantasmatique d’une machine-artiste (dont l’angle mort est l’autonomie de l’artiste-humain) que celui d’une influence réciproque. Il s’agira d’inventer en acte une imagination (de l’) artificiel.le, dans la zone incertaine de l’anthropotechnologie où chacune est rendue sensible à l’autre. Nous proposerons aux participant.es d’explorer l’hypermnésie des données massives (big data) et d’influencer les réseaux de neurones récursifs, tout en étant influencé.e par eux dans leur procédure de production artistique et dans leur réflexion conceptuelle.

D’un point de vue technique, même si les spécialistes de l’IA seront les bienvenu.es, aucune connaissance préalable ne sera exigée des candidat.es, si ce n’est une capacité à se plonger dans cet océan de code, le désir d’essayer d’en décrypter les variables et l’ambition d’en démanteler la logique. Notre technique sera de bricolage, d’expérimentation et sera indissociable d’une déconstruction de l’esthétique par défaut de l’IA, de son caractère kitsch, surréaliste, psychédélique et onirique. On explorera aussi bien la génération d’images, de vidéos, de textes, de musiques, que de voix, de récits, de raisonnements ou de concepts.

Le DIU ArTeC+ aidera à l’élaboration des projets des participant.es, par des lectures, par un enseignement des méthodologies spécifiques à la recherche-création, par des rencontres avec des artistes, des théoricien.nes, des curateur.es et des critiques d’art proposant d’aborder de façon étendue, au-delà de la technique, les conséquences de l’induction statistique sur le statut de la vérité, de l’esthétique et de l’ontologie. Tous les profils artistiques et disciplinaires seront les bienvenus, dès lors que les candidat.es désirent se plonger dans l’espace latent de l’imagination artificielle.

 

 

Objectifs de formation

  • appréhender les problématiques de l’interaction entre création artistiques et innovations techniques, dans une perspective réflexive et critique ;
  • acquérir ou renforcer une familiarité avec les discours théoriques tenus sur les questions esthétiques, écologiques sociales et politiques en matière de créativité artistique et technologique ;
  • assimiler des connaissances méthodologiques dans le domaine de la recherche-création, recherche-action et recherche-développement ;
  • ouvrir l’esprit des diplômés de Master issus de filières scientifiques sur les problématiques de l’art et de la conceptualisation des idées (adaptation numérique pour l’immersion 3D, création de prototypes d’une idée artistique conceptuelle, etc.).

Cette formation, basée sur des ateliers davantage que sur l’enseignement magistral, permettra aux étudiants de développer les savoir-faire suivant :

  • approfondir une problématique de recherche ;
  • situer l’objet de recherche dans le champ actuel des investigations au carrefour des pratiques artistiques, des innovations techniques et de leurs implications sociales ;
  • affirmer sa singularité de chercheur au sein d’un travail collectif ;
  • formuler un projet de recherche de façon rigoureuse, succincte et convaincante ;
  • repérer les institutions et les dispositifs susceptibles de contribuer au financement d’un projet de recherche.

Publics visés :

  • étudiant·es venant de formations artistiques pour leur permettre de mieux maîtriser les attentes, les codes et les habitudes de la recherche universitaire ;
  • diplômé·es d’un master universitaire pour s’inspirer de certaines pratiques de création artistique et dynamiser leurs enquêtes et leurs réflexions ;
  • professionnel·les en formation continue désirant aiguiser leurs capacités de recherche au croisement des arts, des sciences et des humanités.

Seront appréciés des objets de recherche traitant des questions relatives aux mutations numériques des médialités humaines ainsi qu’aux formes de créations et d’inventions sociales qu’elles appellent.

Ce Diplôme Interuniversitaire est proposé par l’Université Paris 8 Saint-Denis Vincennes et l’Université Paris Nanterre, en étroite collaboration avec les Écoles Doctorales d’UPL et les Services d’Orientation Professionnelle.

Enseignements

6 Grandes Conférences publiques avec des personnalités internationalement reconnues.

Cycles de conférences : Clémentine Deliss, Erin Manning & Brian Massumi, Pierre-Damien Huyghe, Gregory Chatonsky, Dennis Looney (12h).

Petit séminaire, à la suite des Grandes Conférences, pour permettre aux étudiant.es du D.I. U de discuter de leur projet de recherche avec ces invité.es. (12h).

Séminaire Transdisciplinaire avec des enseignant.es des campus d’UPL pour présenter des outils de recherche (concepts, méthodes, terrains, pratiques, programmes, sites, etc.). Ce séminaire prendra la forme d’une discussion-enquête sur les définitions des pratiques de recherche-création et de recherche-action (24h).

Atelier de Travail dirigé pendant toute l’année par Yves Citton pour donner aux étudiant.es l’occasion d’approfondir et de raffiner progressivement leur projet de recherche, qu’ils développeront en collaboration avec les autres participant.es. Quelques ateliers seront consacrés à l’exploration des possibilités concrètes d’obtention d’allocations doctorales à l’échelle européenne, de bourse CIFRE, etc. Une ou deux journée(s) de colloque final permettront aux participant.es de présenter leur projet sous forme d’une intervention de 20 minutes suivie de questions (48h).

Un séminaire et des ateliers sur la recherche-création et les arts du code (modèles, outils, critiques) animé par Grégory Chatonsky pour développer une réflexivité permettant d’appréhender, sur une base pratique comme théorique, les enjeux d’un projet qui allie recherche universitaire et création artistique, en particulier (mais pas exclusivement) au sein d’univers numériques (48h).

Un projet de recherche approfondi et élaboré sur l’ensemble de l’année, comprenant un stage de deux mois en entreprise ou laboratoire de recherche ou la rédaction d’un article programmatique.

Télécharger le dépliant de présentation

Guide de l’étudiant·e 2022-2023 (pour information)

En format flipbook

Le guide de l’étudiant·e regroupe les informations pratiques générales sur la formation.

Offre de formation

DépliantLeaflet

Le master de recherche création ArTeC est un master transdisciplinaire, à la croisée des sciences humaines et sociales, des arts, de la communication, du numérique et de l’informatique. C’est une formation qui place l’hybridation entre création et recherche au cœur de son dispositif d’apprentissage. 

L’approche novatrice de cette formation repose sur trois grands principes : 

  • Transdisciplinarité  : La formation est adossée à 30 mentions de master, dans les deux universités partenaires. Pour compléter la formation de tronc commun du master ArTeC, les étudiant·es ont accès à une grande diversité d’enseignements, dans des formats pédagogiques innovants, faisant dialoguer théorie et pratique.

  • Expérimentation : Durant les deux années de master, les étudiant.es mènent une recherche aboutissant à un projet personnel d’expérimentation, qui peut prendre diverses formes (performances, films, dispositifs, expositions, écriture créative, créations numériques, etc.) et articule exploration théorique et réalisation pratique. Le master repose sur une pédagogie par projet fondée sur la dynamique de groupe et le travail de réflexion en commun.

  • International : Le master favorise la mobilité internationale des étudiant·es par le biais d’un semestre obligatoire à l’étranger (semestre 3) et de modules d’enseignement délocalisés. Ces opportunités doivent permettre de développer une approche comparatiste des pratiques.

Co-accrédité par les universités Paris 8 et Paris Nanterre, le master de recherche création ArTeC s’inscrit dans une École Universitaire de Recherche (EUR), financée par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Le champ de recherche de l’EUR ArTeC est défini par son intitulé : Arts, Technologies, numérique, médiations humaines et Création. 

Guide de l’étudiant·e 2023-2024

En format flipbook 

Le guide de l’étudiant·e regroupe les informations pratiques générales sur la formation.

Catalogue des enseignements 2023-2024

En format flipbook ou en téléchargement pdf

Le catalogue des enseignements présente l’ensemble des cours proposés dans le master.

Bilan des MIP 2022-2023

 

 

Annexes aux modalités de contrôles des connaissances et des compétences :

Annexe aux MCCC 2023-2024 – Master ARTEC