Bilan Modules Innovants Pédagogiques 2020-2021

Bilan Modules Innovants Pédagogiques 2020-2021

- 30 septembre 2021 -

L'ambition du master ArTeC - et de l'EUR dans son ensemble - est de placer au cœur des apprentissages la formation par la recherche mais aussi d'inscrire les étudiant.es dans une dynamique générale de recherche-création et d'expérimentation. C'est dans ce cadre que l'EUR ArTeC finance chaque année des modules innovants pédagogiques (MIP) sur lesquels ce bilan revient en détails pour l'année universitaire 2020-2021.

EDITO

L’année universitaire 2020-2021, dans le prolongement de 2019-2020, aura été une année de pandémie, de couvre-feu, de jauges, de confinement et, désormais, de pass sanitaire… Une année où des manières de vivre, qu’on aurait pu croire exceptionnelles et bornées dans le temps, sont devenues notre quotidien. Au milieu des graves difficultés dans lesquelles se sont retrouvé∙es nombre d’étudiantes et d’étudiants, à travers aussi les écueils qu’ont rencontrés nos universités pour maintenir actifs l’enseignement et la recherche, continuer à développer une nouvelle formation comme le master ArTeC (Mention Arts, Technologies, Création), avec les multiples ateliers délocalisés qui la composent, souvent conçus avec des partenaires nationaux ou internationaux, aura été une sorte de défi permanent, en grande partie relevé grâce à ses trois nouvelles directrices (Charlotte Bouteille-Meister, Tiphaine Karsenti, Gwenola Wagon) qui ont activement travaillé à sa bonne marche. Cette année aura donc aussi été celle des premier∙es alumni ArTeC, avec au mois de juin les premières très belles soutenances des projets d’expérimentation conçus et théorisés par les étudiant∙es. L’ambition du master ArTeC – représentative en cela du projet ArTeC dans son ensemble – repose sur trois principes fondamentaux. Il s’agit, avant tout, de placer au coeur des apprentissages la formation par la recherche, ce dont témoignent les trois parcours qui structurent le master en recouvrant exactement les trois axes scientifiques majeurs de l’EUR :

1. La création comme activité de recherche ;
2. Les nouveaux modes d’écritures et de publications ;
3. Les technologies et les médiations humaines.

L’enjeu est aussi d’inscrire les étudiantes et les étudiants dans une dynamique générale de recherche-création et d’expérimentation. « Entrer dans l’expérimentation », « Conception et réalisation de projets de recherche-création », « Expérimenter la création comme activité de recherche », etc. : autant d’intitulés de séminaires ou d’ateliers qui le manifestent, justement conçus pour permettre aux étudiant∙es de penser et de construire le « projet d’expérimentation » qu’elles/ils doivent finaliser et présenter à l’issue de leur formation. Le master ArTeC, enfin, se signale par sa modularité, qui permet à chaque étudiante et étudiant de composer son parcours de formation à partir d’une offre de modules vaste et variée (plus d’une cinquantaine cette année). C’est dans ce contexte que s’inscrivent les MIP (Modules d’Innovation Pédagogique) et les modules de formation par la recherche – adossés aux projets de recherche ArTeC –, sélectionnés à l’issue d’un appel à projets annuel, afin de constituer une part déterminante de l’offre de formation, où la pratique et l’implication intellectuelle et créative des étudiant∙es sont au centre des apprentissages et des réalisations. Proposés et portés par les masters associés à l’EUR, de durées et de formats divers – ateliers-laboratoires, ateliers d’expérimentation, workshops, séminaires, cycles de conférences, etc. –, les MIP sont les marqueurs d’une pluridisciplinarité (qui est aussi une indiscipline) et d’une pédagogie par projets actives au sein d’ArTeC, avec pour ambition de travailler à la professionnalisation future des étudiant∙es.
Au cours de l’année 2020-2021, 31 MIP ont été financés, pour permettre à des étudiant∙es spécialisé∙es dans des domaines très différents de se rencontrer et de collaborer pour penser et créer des prototypes, faisant d’ArTeC une école universitaire de recherche résolument inclusive, ouverte et connectée aux écosystèmes universitaires qui la nourrissent et dans lesquels elle s’inscrit. Dans le contexte perturbé et mouvementé de cette année, tous les MIP n’ont pu se dérouler comme prévu, soit écourtés, soit déplacés à d’autres dates et dans d’autres lieux que ceux prévus au départ. Certains MIP ont pu se réinventer sous une forme entièrement à distance, en mêlant visioconférences et partages numériques. Dans tous les cas, il a fallu faire preuve d’inventivité, de souplesse, de plasticité. Mais le bilan qui suit en témoigne : les MIP auront constitué des espaces foisonnants et extrêmement stimulants pour engager et explorer des gestes multiples de formations irriguées par la recherche.

Fabien Boully, directeur adjoint de l’EUR ArTeC