Appel à contributions – Revue HYBRID 2021

Appel à contributions – Revue HYBRID 2021

- 26 novembre 2020 -

Participation culturelle et plateformes numériques

Dossier coordonné par Marta Severo (Dicen-IDF, Université Paris Nanterre) et Olivier Thuillas (Dicen-IDF, Université Paris Nanterre).

Au cours des dernières décennies, la participation citoyenne a fortement augmenté à l’échelle mondiale dans des domaines aussi différents que la politique, l’économie, les médias et les arts. De la démocratie participative à l’économie collaborative, du crowdsourcing à la Civic Tech, ces nouvelles formes d’organisation politique, économique et technologique, tout en se heurtant à des mouvements contraires, sont en train de changer la société. Les technologies numériques ont favorisé cette tendance en offrant de nouvelles possibilités d’expression et de création et en fonctionnant comme levier d’innovation dans différents secteurs. Par ailleurs, la diffusion de la culture numérique, au-delà des outils en tant que tels, a porté à l’affirmation d’un tournant qui insiste sur la capacitation des citoyens rendue possible par les technologies numériques et sur l’expression créative de l’émancipation individuelle. Dans ce contexte de la “participation partout”, le monde de la culture et des arts a également été confronté à ce phénomène de transformation et d’évolution rapides basées sur le participatif.

Le web, d’abord avec les blogs et les autres outils web 2.0 puis avec les réseaux sociaux et les plateformes collaboratives, a permis aux pro-amateurs de pouvoir partager et diffuser leurs œuvres et leurs connaissances au plus grand nombre dans de nouveaux espaces reposant essentiellement sur la culture de l’ouverture et des biens communs, qui pourraient sembler plus propices à la démocratie. Non seulement les musiciens, les artistes, les écrivains amateurs peuvent diffuser leurs œuvres à travers des plateformes de partage de médias (son, vidéo, texte), mais également les cinéphiles, les fans de séries ou les passionnés d’art et de patrimoine peuvent faire entendre leur voix sur des plateformes comme SensCritique, FanFiction ou sur des pages Facebook dédiées. Aujourd’hui plus que jamais, ces plateformes contributives (qu’elles soient institutionnelles, commerciales ou associatives) s’inscrivent comme vecteurs de nouvelles formes de création, d’engagements et de partage des œuvres, des savoirs et des patrimoines dans le domaine de la culture et des arts. Mais dans le même temps, elles concourent à un risque d’exploitation des productions intellectuelles.

En effet, ce phénomène contributif a pris de l’ampleur année après année en attirant l’intérêt de plus en plus d’acteurs du monde de la culture. Dans un premier temps, ce mouvement a été porté par des associations et des communautés informelles, notamment les acteurs du libre et des communs, mais aussi par des amateurs de savoirs et des artistes. Dans un deuxième temps, des acteurs privés se sont à leur tour intéressés à ce nouveau mode de production des œuvres et de la connaissance de manière collaborative : plateformes de lecteurs comme Babelio, d’écriture comme Wattpad, de partage de contenus comme YouTube, Flickr ou Soundcloud. Ces plateformes collaboratives s’articulent autour de trois grands types de pratiques : créer, documenter et valoriser des contenus culturels et artistiques. Plus récemment, les institutions culturelles (bibliothèques, musées, archives) ont vu dans ces espaces participatifs non seulement l’occasion pour obtenir de la visibilité et attirer de nouveaux publics, mais aussi l’opportunité d’engager activement le citoyen dans leurs activités de recherches culturelles.

Ce numéro d’Hybrid, la revue des arts et médiations humaines, ambitionne d’interroger les cadres théoriques, empiriques et politiques des rapports entre plateformes numériques et participation culturelle. À travers la combinaison d’approches venant des différentes disciplines, il vise à approfondir la fabrique de ces plateformes et les enjeux démocratiques et créatifs qu’elles ouvrent dans la relation du citoyen avec la production d’objets culturels et artistiques.

Ce numéro de la revue Hybrid ouvrira ses colonnes aux thématiques suivantes :

  • Les motivations et les profils des acteurs de la contribution en ligne comme les amateurs (bénévoles, artistes, fans, passionnés, etc.), les institutions publiques et privées de la culture et des arts, ainsi que les associations qui s’inscrivent dans de nouvelles dynamiques à la fois sociales et culturelles de création ;
  • Le rôle des acteurs commerciaux de la participation culturelle qui ont lancé des plateformes qui vont concurrencer les initiatives institutionnelles et associatives et les nouvelles configurations sociales et organisationnelles que ces acteurs génèrent dans le monde des arts et de la culture ;
  • Le phénomène de la plateformisation dans le domaine de la culture en posant l’accent sur les formes de rationalisation des pratiques et sur la pression du modèle économique, qui en découlent ;
  • Les dynamiques de conception ainsi qu’à celles de réception et d’appropriation ou détournement de ces plateformes contributives culturelles, dans une approche de recherche-action ou de recherche-création ;
  • Les formes de design participatif et de création collaborative rendues possibles par les environnements numériques qui construisent de nouvelles formes d’interaction entre artistes et citoyens ;
  • Les nouveaux équilibres qui s’élaborent entre les métiers traditionnels de la culture et des arts (médiation, critique, édition, publication…) et les rôles des contributeurs dans les modèles participatifs ;
  • Les défis soulevés par les angles morts de la participation en ligne générés par le décalage entre impératifs technologiques et les besoins expressifs et émotionnels des acteurs sociaux (droit à l’oubli et au secret, zones d’opacités, dynamiques de résistance, etc.) ;
  • Les processus de construction patrimoniale et mémorielle médiés par des dispositifs numériques avec une attention particulière pour les pratiques de construction, d’appropriation, de médiation et d’éditorialisation du patrimoine culturel et mémoriel impliquant une approche collective ou participative.

Des créations issues de projets de recherche-création pourront être présentées en ligne.

HYBRID (http://revue-hybrid.fr/) est une revue bilingue (français-anglais) à comité de lecture international portée par l’EUR ArTeC et publiée en ligne par les Presses universitaires de Vincennes. Dédiée aux arts et médiations humaines, la revue Hybrid s’inscrit dans le vaste champ de réflexion des humanités numériques et développe une ligne éditoriale qui s’attache plus particulièrement à articuler étroitement les arts et médiations humaines à l’ère numérique. Elle met l’accent sur la relation entre les technologies numériques et les pratiques artistiques (#04/2017, #06/2019) et littéraires (#05/2018, #07/2020), analysées dans leur milieu socio-technique — qui implique aussi les médiations muséales, fortement mobilisées par exemple dans le numéro sur les patrimoines éphémères (#01/2014). Abordant les relations entre humanités numériques et esthétique de façon dynamique, la revue Hybrid se propose également d’étudier la place du sujet dans les environnements numériques (#02/2015) et les pratiques de recherche transformées par le numérique (#03/2016). La publication scientifique « augmentée », les approches du patrimoine numérisé et numérique, les formes et figures d’un art « post-numérique » et les enjeux de la formation à une « culture numérique », sont aussi au cœur des thèmes abordés par la revue Hybrid.

La revue Hybrid est labellisée par OpenEdition.

 

Chaque article proposé à HYBRID est soumis à une évaluation en double aveugle.

Chaque article devra être présenté sous une forme strictement anonymisée.

Les langues de rédaction sont le français ou l’anglais.

L’auteur joindra une courte bio-bibliographie de 15 lignes max. dans un document séparé.

La longueur de l’article ne devra pas dépasser 35 000 signes (espaces compris).

Les articles devront être formatés en Word (.doc ou .docx). Les images seront présentées à la fois insérées dans le texte et en fichier séparé.

Pour les propositions de recherche-création, nous ne pourrons à ce stade assurer l’hébergement et la maintenance de celles-ci. L’auteur soumettra donc sa création sous forme d’un « lien » Internet, à partir duquel sa création sera directement consultable ou téléchargeable. Il joindra une présentation de son projet (5 000 signes max.).

Calendrier de soumission

Lancement de l’appel à contributions : 27 novembre 2020.

  • Réception des articles complets (35 000 max espaces compris) et des propositions d’œuvre issues de projets de recherche création : jusqu’au 15 février 2021 à l’adresse edito.artec@gmail.com
  • Expertise en double aveugle : réponse aux auteurs fin mars 2021.
  • Mai 2021 : Finalisation des textes selon les consignes d’amélioration données par les rapporteurs et des normes de présentation qui seront communiquées aux auteurs.
  • 2021 : traduction des 10 articles du français à l’anglais ou inversement.
  • Mise en ligne en automne 2021.