Séminaire, muséobanques

Séminaire, muséobanques

Date

10/04/2024 - 27/05/2024


Lieu

Visioconférence


Infos pratiques

pour le lien de la visioconférence, veuillez contacter soko.phay(at)univ-paris8.fr ou patrick.nardin(at)univ-paris8.fr

Ce séminaire a pour objet de reconsidérer les fondements des collections muséales à partir de l’expérience des muséobanques. S’inspirant des banques culturelles de l’Afrique de l’Ouest, le principe des muséobanques s’appuie sur trois éléments : un objet et son récit, un micro-crédit, un projet entrepreneurial ou culturel. La valeur du « bien » culturel sert de garantie à un prêt personnel pour développer une activité génératrice de revenus. L’objet exposé – jusqu’au remboursement du prêt – peut à tout moment être récupéré par son propriétaire, notamment pour une cérémonie ou un rituel.

Il s’agira de réfléchir à de nouvelles formes de la valeur qui ne soient plus seulement spéculative ou esthétique, et par la même à déterminer la qualité des « attachements ». Reconnaître la valeur, c’est se déclarer attaché à la chose, se l’approprier en un sens qui n’est pas nécessairement « propriétaire », mais affectif ; on se retrouve dans les êtres et les choses qu’on tient pour
précieux. C’est pourquoi interroger la valeur représente un enjeu social et politique, mais également esthétique. Quels sont les changements de définition et de statut des objets que provoquent les muséobanques ? Exposés, ces derniers sont-ils pour autant perçus comme œuvres d’art ? En ce qui concerne les objets culturels africains qui y sont déposés, comment aborder leur décontextualisation et leur recontextualisation ? Peut-on qualifier d’œuvre d’art une pièce qui n’est pas reconnue comme telle par le peuple qui l’a produite ? Ces problématiques nous invitent à décentrer le regard, tout en privilégiant les approches expérimentales de la pensée et de la création.

Ce séminaire se tient dans le cadre du projet ArTeC « Archiver les récits d’objets » en collaboration avec l’Institut des Arts et Cultures (ISAC) de l’Université Cheikh Anta Diop (Dakar), et l’Université Gaston Berger (Saint-Louis).

Archiver les récits d’objets

PROGRAMME COMPLET

Lundi 5 février 2024, Muséobanques : la part de l’archiviste
18h00 – 20h00 Clothilde Roullier (Archives nationales)
[en visioconférence]

Lundi 26 février 2024, Copie et authenticité
18h00 – 20h00 Danièle Wozny (vice-présidente du REVACS)
et Kémi Bassène (artiste, REVACS)
[en visioconférence]

Lundi 4 mars 2024, La mise en scène du Patrimoine d’une chefferie au Cameroun
18h00 – 20h00 dans une démarche de muséologie participative
Yves Girault (UMR Patrimoines locaux, Environnement et
Globalisation – Museum national d’Histoire naturelle)
[en visioconférence]

Mercredi 3 avril 2024, Programme de désordre absolu. Décoloniser le musée
18h00 – 20h00 Françoise Vergès (politologue)
[à l’INHA et en visioconférence]

Mercredi 10 avril 2024, Le cimetière des collections : Une restitution des « objets ».
18h00 – 20h00 africains en Occident est-elle possible ?
Didier Gondola (Johns Hopkins University)
et Sarah Van Beurden (Ohio State University)
[à l’INHA et en visioconférence]

Lundi 27 mai 2024, Insaisissables valeurs
18h00 – 20h00 Jérôme Glicenstein (Université Paris 8)
[en visioconférence]