MIP / Digital storytelling comme mode d’expression citoyen

Module innovant pédagogique (MIP) réalisé en partenariat avec l’Université d’Athènes, cet atelier-laboratoire animé par Michel Meimaris, Arnaud Laborderie et Evika Karamagioli, propose de former les étudiants au digital storytelling comme mode d’expression personnelle et civique.

Le digital storytelling est une forme spécifique de storytelling pratiquée par des gens ordinaires qui utilisent les outils numériques pour raconter leur « histoire » à travers des formats convaincants et émotionnellement attrayants. Mise au point dans les années 1990 notamment par Dana Atchley et Joe Lambert de l’école de Berkeley (Center for Digital Storytelling), cette approche repose sur une méthodologie comprenant sept critères de l’écriture au montage : point de vue, question dramatique, contenu émotionnel, économie de moyens, rythme, voix, musique.

Initialement prévu délocalisé à Athènes, l’atelier-laboratoire s’est tenu à distance, en visioconférence, du 8 au 18 mai 2020. Cette situation a remis en question l’approche pédagogique visant à confronter les étudiants avec une autre réalité — celle d’Athènes, durement éprouvée par la crise de 2008 et l’afflux de migrants — pour faire émerger un point de vue personnel et un regard critique sur leur propre histoire, et plus largement, sur la société dans laquelle ils vivent.

Les contraintes liées à la crise sanitaire du coronavirus ont imposé leur thème : confinement et distance sociale. Dans ce contexte inédit, l’idée centrale de l’exercice du digital storytelling fut d’inviter les étudiants à réfléchir aux conséquences sociales et psychologiques de la quarantaine et à présenter leur propre expérience tout en insistant sur un message clé concernant cette expérience humaine. Comment ont-ils vécu les cinquante jours de confinement et passage au déconfinement ? Qu’ont-ils appris sur eux-mêmes ? Quel regard portent-ils sur cette situation inédite ?

Hyewon Kim : « Limerence »

Étudiante coréenne, Hyewon Kim interroge le sentiment de solitude qu’elle a ressenti pendant le confinement : être seul. Qu’est-ce que c’est d’être seul ?

Sous la forme d’un journal intime mêlant des images prises avant, pendant et après le confinement, son travail de création vidéo est une prise de conscience de la solitude comme expérience humaine partagée. Avant de sortir à nouveau et de reprendre une vie normale, elle interroge notre condition d’être seul, exacerbée par le confinement et la distance sociale.

__

Estelle Hamonet : « J’aime la solitude »

Le confinement a été bénéfique pour Estelle Hamonet, bénéfique en termes de développement personnel. C’est un moment privilégié qui lui a permis d’apprendre des choses sur elle, de mieux se connaître et de ne plus craindre la solitude mais, au contradre, de l’aimer.

Data & Pixel, la sociophotographie enquête – 20 fév.

Journée d’études – 14h à 18h

Dans le cadre du MIP ArTeC « Comprendre les usages sociaux du numérique par l’enquête »
Master Plateformes numériques, Université de Paris 8 / Filière Photographie, École nationale supérieure Louis-Lumière

Thématiques des tables rondes : Émotion ; Expression de soi ; Démocratie.

Résultat d’une collaboration entre étudiant.es du master Plateformes numériques de l’Université Paris 8 et étudiant.e. photographes de l’École nationale supérieure Louis-Lumière (Cité du Cinéma, Saint-Denis), ces rencontres ont choisi d’investiguer les usages sociaux du numérique par l’image, en plaçant un focus sur trois thèmes qui lient des expressions individuelles et l’organisation de collectifs : Emotions, Expression de soi et Démocratie. Que font les plateformes numériques de ces trois dimensions de la vie sociale ?

Organisés et modérés par les étudiant.es, les débats entre professionnels du numérique, journalistes, photographes, chercheur.es et étudiant.es, s’organiseront autour de trois tables-rondes centrées sur l’impact émotionnel des plateformes, la construction d’une identité numérique, la conciliation des enjeux démocratiques et du big data, à travers la mobilisation et la participation citoyenne en ligne. Elles prendront appui sur les productions des étudiant.es, écrites et visuelles, construites dans une double logique sociophotographique qui repose sur des enquêtes de terrain et des créations visuelles. Réalisées dans le cadre d’un atelier-laboratoire, soutenu par ArTeC, elles sont présentées sur le site dédié https://numerique-investigation.org/.

L’image photographique, quant à elle, est à la fois témoignage, portrait, trace des phénomènes sociaux et numériques ; elle est aussi un médium utilisé pour sa puissance interprétative, comme métaphore, déplacement, expression subjective. Éloge d’une réalité créée ex-nihilo et des techniques de post-production, références amoindries ou profondément revisitées à un photojournalisme séculaire, comment ces points de vue, situés entre imaginaires et suggestions conceptuelles, rendent-ils compte d’un terrain social ? Au-delà, quels sont les enjeux de cette e-représentation qui caractérise ce début du XXIe siècle ?


Jeudi 20 février 2020
14h – 18h


Jeu de Paume
                            
Dans le cadre du MIP ArTeC « Comprendre les usages sociaux du numérique par l’enquête »

Master Industries culturelles et créatives- Plateformes numériques, Université  de Paris 8 / Filière Photographie, École nationale supérieure Louis-Lumière.

Site : numerique-investigation.org



PROGRAMME

OUVERTURE  (14h00 – 14h20)

Sophie Jehel, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, chercheure au Cemti, associée au CARISM, responsable de la spécialité Plateformes numériques du Master Industries culturelles et créatives, Université Paris 8-Saint-Denis.

Stéphanie Solinas, artiste photographe, « Documenter les identités par la sociophotographie », auteure du projet Dominique Lambert et Sans Titre, M. Bertillon, http://www.stephaniesolinas.com/.

Table ronde n°1 (14h20 – 15h20) – DÉMOCRATIE

Démocratie, transformations des enjeux sociologiques par le numérique.

L’arrivée du numérique a développé la participation en ligne. Loin d’être de simples consommateurs, les usagers peuvent-ils transformer les plateformes numériques en espace de citoyenneté ?

Modérateur.trices : Nicolas Fatous (ENS Louis-Lumière), Luisa Fernanda Betancurt Rios (Paris 8).

Intervenant.es : Luisa Fernanda Betancurt (Paris 8), Arthur Crestani, photographe, auteur de deux projets récents « Scènes politiques américaines. New Hampshire. » et « Les manifestations de Gilets jaunes à Paris »,  Nadhem Hanin (Paris 8), Maxime Dufour (ENS Louis-Lumière), Nicolas Framont, sociologue, co-fondateur du magazine Frustration, Laurène Jaeger (Paris 8), Zoé Schmit (Paris 8).

Table ronde n°2 (15h20 – 16h20) – EXPRESSION DE SOI

La construction d’une identité numérique sur les réseaux sociaux.

De la transmission des premiers portraits au partage de milliers de selfies sur les réseaux socionumériques, l’arrivée du numérique a-t-elle profondément modifié la construction de l’identité et la représentation de soi ?

Modérateur.trices : Jules Nguyen (ENS Louis-Lumière), Margot Fuchs (Paris 8)

Intervenant.es : Ilhem Fettous (Paris 8), Hadjer Reggam (Paris 8), Giuseppina Sapio, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, « Le film de famille. Représentations collectives, mise en récit et subjectivation », Politiques de communication, 2017, Rebecca Topakian, artiste photographe, auteure de « Infra-», http://www.rebeccatopakian.fr/.

PAUSE (16h20 – 16h40)

Table ronde n°3  (16h40 – 17h40) – ÉMOTION                 

Impact émotionnel des plateformes : le design à l’heure de l’hyper-choix.

Le modèle économique des plateformes numériques vise à susciter des comportements addictifs. Que savons-nous au juste du travail émotionnel des usagers ? Quelles réponses les acteurs du web peuvent-ils apporter dans la conception des services ?

Modérateur.trices : Adélie Tirel (Paris 8), Juliette Le Gloan (Paris 8)

Intervenant.es : Elda Ahmeti (Paris 8), Charlyne Garcias (Paris 8), Eve Delvuder (ENS Louis-Lumière),  Adrien Pequignot, doctorant et auteur de « Ce qui se joue lorsque “Les émotions vont au travail”. À propos de l’œuvre de Zoé Beloff », Thomas Versaveau, vidéaste, réalisateur de l’émission Channel Game Spectrum sur YouTube.

CONCLUSION (17h40 – 18h00)                                        

Didier de Faÿs – Directeur de la Rédaction du Magazine Photographie.com, Site Web : https://photographie.com, co-fondateur de La Bourse du Talent (BNF).

Véronique Figini, maître de conférences, chercheure au CEMTI, associée au CHS Mondes contemporains, expert près la cour d’appel de Paris.

Appel à projets MIP (modules innovants pédagogiques)

Pour l’année universitaire 2020-2021, le master ArTeC lance son appel à projets MIP.

L’EUR ArTeC soutient les approches pédagogiques innovantes et offre des financements destinés à ses masters associés pour développer des projets sur des thématiques qui croisent les Arts, les Technologies, le numérique, les médiations humaines et la Création.

Ces modules innovants pédagogiques devront s’inscrire dans au moins l’un des trois axes scientifiques de l’EUR qui constituent également les trois parcours du Master ArTeC :

  • La création comme activité de recherche
  • Les nouveaux modes d’écritures et de publications
  • Technologies et médiations humaines

Les modules dispensés dans une langue étrangère seront particulièrement appréciés.

Vous trouverez les documents suivants à télécharger : Formulaire-MIP-2020, l’annexe financière ainsi que la charte d’engagement et à retourner par mail à :  eur-artec@u-plum.fr

Rappel du calendrier de l’AAP MIP :

  • Mise en ligne du formulaire de l’AAP MIP : le 6 février 2020

  • Date limite de dépôt des projets : le 26 mars 2020

  • Expertise des projets : du 2 au 21 avril 2020

  • Validation Comité exécutif : le 28 avril 2020

  • Validation CAC : le 5 mai 2020

Toute l’équipe d’ArTeC est à la disposition des futur.es porteur.ses de MIP pour répondre à leurs questions et les aider dans le montage de leur projet.

Le Scénario animé : écrire pour le cinéma d’animation (MIP), 31 janv.

Les étudiants du Master ArTeC, du Master « Scénario et écritures audiovisuelles » (Paris Nanterre) et les élèves de l’atelier « Cinéma d’animation » de La Cambre (Bruxelles) ayant participé à l’atelier d’expérimentation « Le Scénario animé : écrire pour le cinéma d’animation » présenteront les projets et les prototypes de films d’animation (scénarios, visuels et éléments graphiques, extraits d’animatiques sonorisés, dossiers de production) réalisés dans le cadre de ce MIP (Module d’Innovation Pédagogique) le vendredi 31 janvier à partir de 10h au Poste Source.

Le cinéma d’animation est envisagé ici comme un médium qui permet de penser, de concevoir et de rendre visibles des transformations, des bouleversements et des perspectives à venir. La collapsologie et le possible effondrement des sociétés thermo-industrielles sont des questions majeures de notre époque. Ainsi, tout en tentant de prendre un peu de distance avec « l’imaginaire réflexe » attaché à l’effondrement (la dévastation, le survivalisme, etc.), c’est la rencontre entre cinéma d’animation et collapsologie qu’étudiants et élèves ont cherché à réaliser. 

La restitution, qui se fera devant des professionnels du cinéma d’animation, est publique et libre, dans la limite des places disponibles.

Poste Source :

14, rue Waldeck-Rochet

93300 Aubervilliers

Métro : Front Populaire (terminus ligne 12)

Tel : 01 49 40 70 66

Responsable de l’atelier : Fabien Boully, MCF Cinéma Paris Nanterre

La voix chantée et son traitement électronique, 28 janv.

Les étudiants du Module d’Innovation Pédagogique (MIP) « La voix chantée et son traitement électronique » présenteront leurs créations / maquettes pour voix et électronique mardi 28 janvier 2020 à 17h à l’Auditorium de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord.

Soprano : Hélène Fauchère, Saxo : Sebastian Sarasa, à l’ordinateur João Svidzinski

Au cours des séances de ce MIP ArTeC proposé par Alain Bonardi, les étudiants de Master ont développé diverses formes d’exploration, d’appropriation et de création – pièces pour voix et électronique temps réel ou fixée, pièces acousmatiques, improvisations, avec les sopranos Hélène Fauchère et Pauline Feracci, interprètes familières du répertoire vocal contemporain.

Douze créations seront proposées, que l’on doit aux étudiants Amélie Bouillon, Flavio Carlotti, Océane Dos Santos, Amine Fadal, Aline Gorisse, Misaki Goto, Paul Goutmann, Yoko Konishi, Nicolas Rivière, Sebastian Sarasa, Meera Shenoy, Robin Sournac.

Certaines des pièces ont également été travaillées dans le cadre du séminaire de Master « Musique et outils informatiques 1 » donné par João Svidzinski.

La restitution est publique, et l’entrée libre.

Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord
20, avenue George Sand
93210 La Plaine Saint-Denis
Métro : Front Populaire (terminus de la ligne 12).
RER B La Plaine Stade de France
Bus 139, 239, 512, arrêt Front Populaire

Citizen games cross-mapping the picturesque now ! – 25 janv.

Dans le cadre du MIP « Représentations urbaines : Citizen games », module délocalisé dont le terrain d’études est Paris et Bogota.

Invité : Alvaro Moreno Hoffmann, artiste transmedia, enseignant de l’université de Los Andes à Bogota en Colombie, traducteur en espagnol de Archäologie des medien (2002) – Siegfried Zielinski.

VOYAGE DANS LE TEMPS PROFOND DES MEDIA ET TISSAGE DES LIEUX

MATIN

09h45 ACCUEIL
10h00 Claire FAGNART, Laura GUZMÁN, Présentation de la journée
10h15 Philippe NYS, Mise en situation de l’archéologie Media
11h00- 13h00 Alvaro MORENO-HOFFMANN, S. Zielinski et au-delà

APRES-MIDI

13h00 – 14h00 PAUSE
14h00 – 16h00 Alvaro MORENO-HOFFMANN, media et tissage des lieux
17h00 – 18h00 DÉBAT

Evénement organisé par Claire Fagnart, Laura Guzman et Philippe Nys
Date : samedi 25 janvier 2020 de 10h à 18h
Lieu : Bâtiment A salle 172 – Université Paris 8

Affiche de l’événement

Expérimentations citoyennes et coopérations – 18 janv.

Journée publique de présentation des travaux de l’atelier (MIP) Expérimentations citoyennes et coopérations

Restitution des recherches-actions réalisées en coopération avec des collectifs citoyens de Saint-Denis par les étudiant-es du Master 2 Éducation Tout au Long de la Vie, laboratoire Experice, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis.

Organisé à l’Adada, en collaboration avec le 110, centre socio-culturel coopératif.

Informations pratiques
Samedi 18 janvier 2019 (14h / 18h)
Lieu : Adada (60 rue Gabriel Péri)

Le tuning score – 6 et 7 décembre

Une partition chorégraphique pour la recherche en sciences humaines : le tuning score

Journées organisées par Anne Lenglet, Julie Perrin et Pascal Quéneau

6 et 7 décembre 2019

Centre national de la danse, 1 rue Victor Hugo, Pantin, studio 14

Le Tuning score (partition d’accordage) créé dans les années 1970 par la chorégraphe nord-américaine Lisa Nelson est un outil de composition chorégraphique qui repose sur des appels vocaux (start, pause, reverse, repeat…) pris en charge par chacun·e des membres d’un groupe. Il permet une réflexion sur l’articulation entre la perception, l’imagination, la pensée et l’attention humaine et donne des outils pour penser la configuration collective d’une activité. Ces journées d’études viennent ponctuer une recherche conduite par Anne Lenglet et Pascal Quéneau depuis 2016, visant à tester la partition dans d’autres domaines d’activité, notamment théoriques. En 2019, des étudiant·e·s de l’université Paris 8 y ont été associés, à travers un atelier qui vient juste d’avoir lieu, et pendant lequel Lisa Nelson a pris plus concrètement connaissance de cette recherche.

Ces journées accueillent des artistes et chercheur·euse·s pour qui le travail de Lisa Nelson a joué un rôle essentiel.

6 décembre 2019

14h Rewind

Anne Lenglet, artiste chorégraphique.

Pascal Quéneau, artiste chorégraphique.

14h30 Report

Lisa Nelson, chorégraphe. Sa pratique se caractérise par un aller et retour entre la danse et la vidéo, l’amenant à développer une approche spécifique de la composition instantanée et de la performance appelée le Tuning Score : a communication format for ensemble performance. Elle coédite Contact Quarterly depuis 1977.

Julie Perrin, enseignante-chercheuse à l’université Paris 8 (EA 1572 Musidanse) et membre de l’I.U.F. ; Anne Lenglet ; Pascal Quéneau et les danseurs de l’atelier.

15h15 Pause

15h30 Play

Baptiste Andrien, engagé dans la danse et le Tuning Score de Lisa Nelson depuis 2001,et Florence Corin, artiste numérique et chorégraphique, sont responsables des Éditions Contredanse. En collaboration avec Lisa Nelson, ils développent depuis 2014 un projet éditorial multiforme, deux jeux vidéos et une publication papier.

17h : Store

Pascale Gille (sous réserve) et Caroline Boillet sont artistes chorégraphiques, improvisatrices. Elles amorcent en 2010 un projet de recherche autofinancé intitulé « STORE, une interface numérique autour des Tuning scores ».

18h End

7 décembre 2019

9h30 Report

Anne Lenglet, Julie Perrin et Pascal Quéneau

10h Shift

Pauline Lefebvre, architecte et docteure en art de bâtir et urbanisme, chargée de recherches F.N.R.S. à la Faculté d’architecture de l’université libre de Bruxelles. Elle a co-fondé en 2014 la coopérative de recherches Æ, à la croisée entre arts et sciences humaines.

Myriam Lefkowitz, artiste chorégraphique, elle a invitée Lisa Nelson à intervenir au master d’expérimentation en art et politique (SPEAP, Science Po Paris) en 2013.

11h30 Pause

11h45 Digress

Myriam Van Imschoot, artiste du son et de la performance. Elle a fondé le site sarma.be et a co-édité en 2017 avec Tim Engels, Lisa Nelson et Steve Paxton les Conversations in Vermont (http://oralsite.be/pages/ Conversations_in_Vermont).

Avec Lisa Nelson.

13h Pause

14h30 Extend

Carla Bottiglieri, chercheuse indépendante au sein de minima somatica, praticienne certifiée en Body-Mind Centering et Rolfing, s’intéresse aux dimensions esthétiques et politiques du geste. 

15h30 Pause

15h45 Collect

 with Lisa Nelson.

17h End

Anne Lenglet et Pascal Quéneau ont été accueillis par l’université Paris 7 Denis Diderot pour le projet de recherche « Accords et désaccords : disséminer le Tuning Score ». Le projet a également bénéficié du soutien d’Arcadi Île-de-France / Fonds de soutien à l’initiative et à la recherche, et du programme d’aide à la recherche et au patrimoine en danse du Centre national de la danse.

L’atelier avec Lisa Nelson et ces journées ont bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme d’Investissements d’avenir portant la référence ANR-17-EURE-0008.

Programme de Tuning score