Appel à candidature, Château Ephémère

L’appel à candidature au château ephémère, « Arts Numériques, Art Sonore et Nouvelles Écritures » est ouvert. Vous avez jusqu’au 6 avril 2020 – 12h, pour candidater.

lien de candidature :  https://urlz.fr/c3rm

>>Pour toutes informations, nous vous invitons à nous contacter : residences@chateauephemere.org / 01 39 79 29 93.

Call for application « Digital Art, Sound Art and New Writings » is open. You can candidate until April the 6th 2020 – 12 am.

>> If you have any questions, please contact us at residences@chateauephemere.org / 01 39 79 29 93.

Link to the application : https://urlz.fr/c3rv

Summer school, Karen Barad – 15 au 19 juin

Karen Barad : les savoirs entremêlés
Une école d’été ArTec
15-19 Juin 2020
Larret (Saint Saud Lacoussière, Périgord Vert, France)

« La fabrique du savoir n’est pas une activité médiée, malgré ce qu’on aime à répéter. Tout savoir implique un engagement matériel direct, une pratique d’intra-action avec le monde qui a lieu à même le monde, à même ses processus de configuration matérielle, à même son incessante articulation. Savoir et être sont des pratiques enchevêtrées, c’est-à-dire que savoir et être sont des pratiques matérielles. »
(Karen Barad, Meeting the Universe Halfway, 2007)

Cette première école d’été d’ArTeC se propose d’explorer la philosophie de Karen Barad à partir d’une diffraction de son concept de réalisme agentiel et de ses conséquences épistémologiques, ontologiques et éthiques pour les recherches en art et en sciences. Avec l’intention de mettre en pratique une épistémologie féministe et d’emprunter pour cela aux pratiques artistiques venues de la danse et des arts visuels, nous nous proposons d’imaginer un espace-temps collectif de tissage sympoétique entre pratique et théorie. L’école d’été prendra la forme d’un événement immersif de cinq jours dans un studio de danse au milieu du Périgord Vert.
Chaque jour commencera avec une pratique silencieuse et collective en silence, suivie par un séminaire mené par Karen Barad. La matinée se conclura par un temps de pratique ouvert (jardinage, cuisine, marche…). Après le déjeuner, un·e professeur·e invitée disposera d’une carte blanche pour proposer une « diffraction » de la philosophie de Barad. Le reste de l’après-midi sera dédié à une pratique de spéculation matérialisation collective en petits groupes, proposée par Joe Dumit et Romain Bigé.
L’école est ouverte à 25 étudiant·es/participant·es (13 venu·es de France et 12 venu·es de l’étranger). La participation aux frais s’élève à 100€ (incluant hébergement et nourriture). Des bourses de voyage sont disponibles pour les étudiant·es étranger·es souhaitant se joindre à l’événement.
Les participant·es intéressé.es peuvent envoyer une lettre accompagnée d’une courte biographie à entangled.knowledges@gmail.com avant le 20 Avril 2020.

*****
Entangled Knowledges
ArTec summer school
15-19 Juin 2020
Larret (Saint Saud Lacoussiere, Perigord Vert)
France
“Knowledge making is not a mediated activity, despite the common refrain to the contrary. Knowing is a direct material engagement, a practice of intra-acting with the world as part of the world in its dynamic material configuring, its ongoing articulation. The entangled practices of knowing and being are material practices.”
(Karen Barad 2007)

The first ArTec summer school will explore and diffractively engage with Karen Barad’s agential realism and its epistemological, ontological and ethical consequences for academic and artistic research practices. With the intention to put into practice ecofeminist epistemologies, and borrowing from experimental dance and visual art practices, we imagine a time-space where collective situated practices and theory weave into each other, allowing for sympoetic knowledge making and sharing. The summer school will take the form of a 5-day immersive event in a dance & theater studio on a small farm in the French countryside. Each day will start with a morning silent and collective practice, followed by a seminar with Karen Barad. The morning will end with an open practice time (gardening, cooking, walks…). After lunch, one of the invited faculty will have a ‘carte blanche’ to enter into a diffractive dialogue with Barad’s thinking. The rest of the afternoon will be devoted to a situated speculative research-creation mattering process (in small groups) curated by Joe Dumit and Romain Bigé. The school is open to 25 ‘students/participants’ (13 French and 12 international).

Registration fee will be 100 € for the week (including lodging, food). Travel funds are available to help foreign students join the event. Interested participants are invited to send a letter of motivation and a short bio to entangled.knowledges@gmail.com by April 20, 2020.

Atelier (post)doctoral ArTeC

Programme détaillé du printemps 2020 des ateliers (post) doctoraux de l’EUR ArTeC :

– 10 mars de 14h à 18h
– 7 avril de 14h à 18h
– 5 mai de 16h à 20h

Informations pratiques :
Les séances se dérouleront aux jours et heures indiquées ci-dessous au site Pouchet du CNRS : 59/61 rue Pouchet, Paris 75017 (métro ligne 13 Brochant ou Guy Môquet, RER C Porte de Clichy)
http://www.pouchet.cnrs.fr/acces/

Rencontre avec Manon Ott – 27 mars

Dans le cadre du projet de recherche « Faire commun, faire recherche en quartiers populaires. Coopération, expérimentation, co-création », Manon OTT présente son livre et son film « De cendres et de braises (Voix et histoires d’une banlieue populaire) ».

Le quartier en question est la Cité des Mureaux, avoisinant l’usine Renault-Flins.

Cette rencontre se tiendra à la MSH Paris Nord, amphithéâtre, le vendredi 27 mars de 10h à 12h30.

Le lien vers le livre de Manon OTT

et vers la bande-annonce de son film

Rencontres à la P.L.A.I.N.E. – 4 mars

Les rencontres à la P.L.A.I.N.E ! théâtres de quartier à La Plaine St-Denis animés par des artistes latino-américains.

La P.L.A.I.N.E, regroupe trois comédiennes (Mariana,
Shezenia et Edith) et un comédien (Nestor).
Ils viennent d’Argentine et de Bolivie et travaillent depuis plus de vingt ans dans les quartiers, à Buenos Aires et La Paz, dans des théâtres populaires que l’on appelle des « théâtres communautaires ».

MASTER CLASS

Shezenia Hannover Valda ((Teatro Trono, Bolivie) effectuera une master class dans la salle panoramique de la MSH Paris Nord le mercredi 4 mars de 10h à 14h.
L’entrée est libre et gratuite, reservation : rencontresalaplaine@gmail.com
La master class est ouverte à tous ceux qui désirent en savoir plus sur les expériences latino-américaines de nos intervenants.
Elle s’ouvrira par un petit déjeuner dès 9h30, et se terminera par un repas partagé à 13h.

MSH Paris Nord
20 avenue George Sand
93210 St-Denis la Plaine
01 55 93 93 00
accessible aux personnes à mobilité réduite

Pour plus d’informations

Projection, débat, Bienvenue à Erewhon – 6 mars

Publié en 1872, le roman utopique de Samuel Butler,« Erewhon », anagramme de nowhere, mettait en scène un narrateur découvrant un pays imaginaire. Cent cinquante ans après, la web série Bienvenue à Erewhon reprend cette thématique et invite à une réflexion sur le rapport de notre société aux machines.

La web série Bienvenue à Erewhon met en scène Samuel Butler commentant des images de la ville trouvées sur internet. Erewhon a beaucoup changé. L’automatisation a été poussée jusqu’à ses limites extrêmes. Le travail tel qu’on le connaît a disparu. Les habitants, débarrassés des fonctions pénibles, s’adonnent à des occupations ludiques. Les cerveaux des humains, des animaux et des plantes sont reliés entre eux, à égalité, via un réseau de data centers. Des algorithmes redonnent voix aux morts. C’est ainsi que l’esprit de Samuel Butler peut encore circuler à travers les images d’Erewhon.

Pour la création de cette série, les artistes Stéphane Degoutin et Gwenola Wagon se sont associés a Pierre Cassou-Noguès, professeur au département de philosophie de l’université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis. Ils reviennent tous les trois sur ce travail commun lors du débat qui suit la projection de Bienvenue à Erewhon.

Informations pratiques

Entrée libre, vendredi 6 mars de 15h à 17h

Bibliothèque François Mitterand (BnF)

Écoute, expansion – 15 fév.

L’Académie Fratellini et la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord vous convient à un arrêt sur images sur le projet de recherche et création écoute | Expansion. Ce projet, qui  met en œuvre la démarche expérimentale de la chorégraphe Kitsou Dubois, est mené avec des artistes, des chercheurs et des techniciens. Ils collaborent pour construire des espaces sonores et visuels immersifs, traversés par l’écriture chorégraphique et la mise en piste des circassiens, au centre du dispositif. Cette démarche sensible et en devenir est le fruit d’un partenariat innovant entre une école supérieure de cirque, une artiste et des laboratoires universitaires.

conception et chorégraphie Kitsou Dubois
compositrice Anne Sedes
mât chinois Pierre Maël Gourvennec
acrobatie Nemanja Jovanovic
compositeur, synthèse sonore et visuelle temps réel Marc Billon
régisseur informatique musicale, capteurs et réseau David Fierro
régisseur plateau et collaboration à l’espace scénique Sylvain Giraudeau
technique video Marion Comte
production Ki productions, La Magnanerie

Coproduction (en cours) La Briqueterie CDNC Val-de-Marne, L’Académie Fratellini (La Plaine-Saint-Denis), la MSH Paris Nord, l’université Paris 8 (CICM Musidanse).

Informations pratiques

samedi 15 février 2020 à 14h30 et 16h30
à l’Académie Fratellini

Gratuit-sur réservation 

RER D Stade de France-Saint-Denis
gratuit dans la limite des places disponibles
réservation indispensable 01 72 59 40 30
billetterie@academie-fratellini.com

>> site de Kitsou Dubois https://kitsoudubois.com/

>> évènement Facebook https://www.facebook.com/events/728614901004287/

Un projet de recherche qui bénéficie du soutien de la MSH Paris Nord dans le cadre de son appel à projets.
Ce projet de recherche reçoit le soutien du ministère de la Culture – DGCA «Recherche en théâtre et arts associés».
Ki productions est conventionnée par la région Ile-de-France au titre de la permanence artistique et culturelle.

Photo © ENS Louis-Lumière & Ki productions 2018

Faire image, what makes an image – 28 fév.



8h45 : Accueil/Reception

9h -9h30 : Introduction Everardo Reyes & Gwen Le Cor (Université Paris 8)

9h30 -10h30 : KEYNOTE : The Pleasure of the Coast: A Hydro-Graphic NovelJ.R. Carpenter (Independent artist, writer and researcher,luckysoap.com)

10h30 -11h : Interfaces et flâneries numériques : poétique de l’oeil distraitdans les desktop documentaries de Kevin B. Lee Marie-Pierre Burquier (Université Paris Diderot)

11h -11h15 : Pause café

11h15 -12h15 : Interaction et espace hypertextuel : la mise en mouvement du corps dans le webdocumentaire Gaza Sderot Florian Body (Université Sorbonne Nouvelle)

12h15 -12h45 : Regard sur les nouvelles oeuvres narratives numériques art et narrativité Véronique Peyrot (Université Paris 8)

12h45 -13h45 : Pause déjeuner et projection du film “Flânerie 2.0” de Chloé Galibert-Laîné

13h45 -14h45 : KEYNOTE : Deep Learning Tools and Visualizations for the Investigation of Film ColorsBarbara Flueckiger (ERC Advanced Grant FilmColors, University of Zurich)

14h45 -15h15 : Inconceivable Yet Computable: Algorithmic and Sound Art Based on the High Tide at the Venice BiennaleFrancesca Franco (University of Exeter)

15h15 -15h45 : Bref retour sur le parcours des images ; des habitudes visuelles à l’exploration politique, les perspectives numériquesManon Denoun (EHESS)

15h45 -16h00 : Pause café

16h -16h30 : Images circonstancielles Florent Di Bartolo (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

16h30 -17h00 : Virtual Physicality: Steps Toward Augmented Spaces and Data ViewsFederico Biggio (Università di Torino)

17h-17h30 : clôture

Charles IX – 3 mars

La tragédie Charles IX, composée par Marie-Joseph Chénier à l’aube de la Révolution française, met en scène les coulisses du massacre de la Saint-Barthélemy, ordonné par le roi de France Charles IX en 1572, à l’époque des guerres de religion entre catholiques et protestants. Chénier met en scène un roi faible, manipulé par des conseillers fanatiques et une mère tyrannique, qui finit par ordonner l’assassinat d’une partie de son peuple. Au moment de sa représentation, en novembre 1789, la pièce apparaît comme un plaidoyer pour les idées révolutionnaires.

Avec les  étudiant.e.s du Master « Théâtre : écritures et représentations » de l’Université Paris Nanterre : Ekin Akkilic, Elsa Bataille-Testu, Adèle Beuchot-Costet, Hadrien Bost-Millischer, Félicia Bouchisse, Héloïse Boursier, Cassie Cupcic, Adrien Deleu, Valentin Ducellier, Célia Dumont-Mallet, Clara Fuster, Bérénice Gasc, Florent Gauthier, Hugo Lesné, Zhiyi Li, Savannah Metz, Nicolas Robinet, Marine Walzer

Costumes et accessoires réalisés par les étudiant.e.s du Diplôme National des Métiers d’Art et du Design, Lycée Jules Verne, Sartrouville : Alice Allender, Clémence Amand, Auriane Beckerich, Juliette Bugari-Duhem, Lauria Chêne, Charlotte Fréon, Lysandre Garrigue, Angélique Gilet, Zoé Jaffres, Anna Le Néal, Solène Legrand, Anaëlle Leplus, Serena Marcuccetti, Louna Rémy, Jade Van den Boom.

Avec le soutien de l’ACA² de l’Université Paris Nanterre pour les projets culturels des enseignant·e·s.

Informations pratiques :

Théâtre Bernard-Marie Koltès, Bâtiment Ricœur (L), Université Paris Nanterre

3 mars à 13h30

Data & Pixel, la sociophotographie enquête – 20 fév.

Journée d’études – 14h à 18h

Dans le cadre du MIP ArTeC « Comprendre les usages sociaux du numérique par l’enquête »
Master Plateformes numériques, Université de Paris 8 / Filière Photographie, École nationale supérieure Louis-Lumière

Thématiques des tables rondes : Émotion ; Expression de soi ; Démocratie.

Résultat d’une collaboration entre étudiant.es du master Plateformes numériques de l’Université Paris 8 et étudiant.e. photographes de l’École nationale supérieure Louis-Lumière (Cité du Cinéma, Saint-Denis), ces rencontres ont choisi d’investiguer les usages sociaux du numérique par l’image, en plaçant un focus sur trois thèmes qui lient des expressions individuelles et l’organisation de collectifs : Emotions, Expression de soi et Démocratie. Que font les plateformes numériques de ces trois dimensions de la vie sociale ?

Organisés et modérés par les étudiant.es, les débats entre professionnels du numérique, journalistes, photographes, chercheur.es et étudiant.es, s’organiseront autour de trois tables-rondes centrées sur l’impact émotionnel des plateformes, la construction d’une identité numérique, la conciliation des enjeux démocratiques et du big data, à travers la mobilisation et la participation citoyenne en ligne. Elles prendront appui sur les productions des étudiant.es, écrites et visuelles, construites dans une double logique sociophotographique qui repose sur des enquêtes de terrain et des créations visuelles. Réalisées dans le cadre d’un atelier-laboratoire, soutenu par ArTeC, elles sont présentées sur le site dédié https://numerique-investigation.org/.

L’image photographique, quant à elle, est à la fois témoignage, portrait, trace des phénomènes sociaux et numériques ; elle est aussi un médium utilisé pour sa puissance interprétative, comme métaphore, déplacement, expression subjective. Éloge d’une réalité créée ex-nihilo et des techniques de post-production, références amoindries ou profondément revisitées à un photojournalisme séculaire, comment ces points de vue, situés entre imaginaires et suggestions conceptuelles, rendent-ils compte d’un terrain social ? Au-delà, quels sont les enjeux de cette e-représentation qui caractérise ce début du XXIe siècle ?


Jeudi 20 février 2020
14h – 18h


Jeu de Paume
                            
Dans le cadre du MIP ArTeC « Comprendre les usages sociaux du numérique par l’enquête »

Master Industries culturelles et créatives- Plateformes numériques, Université  de Paris 8 / Filière Photographie, École nationale supérieure Louis-Lumière.

Site : numerique-investigation.org



PROGRAMME

OUVERTURE  (14h00 – 14h20)

Sophie Jehel, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, chercheure au Cemti, associée au CARISM, responsable de la spécialité Plateformes numériques du Master Industries culturelles et créatives, Université Paris 8-Saint-Denis.

Stéphanie Solinas, artiste photographe, « Documenter les identités par la sociophotographie », auteure du projet Dominique Lambert et Sans Titre, M. Bertillon, http://www.stephaniesolinas.com/.

Table ronde n°1 (14h20 – 15h20) – DÉMOCRATIE

Démocratie, transformations des enjeux sociologiques par le numérique.

L’arrivée du numérique a développé la participation en ligne. Loin d’être de simples consommateurs, les usagers peuvent-ils transformer les plateformes numériques en espace de citoyenneté ?

Modérateur.trices : Nicolas Fatous (ENS Louis-Lumière), Luisa Fernanda Betancurt Rios (Paris 8).

Intervenant.es : Luisa Fernanda Betancurt (Paris 8), Arthur Crestani, photographe, auteur de deux projets récents « Scènes politiques américaines. New Hampshire. » et « Les manifestations de Gilets jaunes à Paris »,  Nadhem Hanin (Paris 8), Maxime Dufour (ENS Louis-Lumière), Nicolas Framont, sociologue, co-fondateur du magazine Frustration, Laurène Jaeger (Paris 8), Zoé Schmit (Paris 8).

Table ronde n°2 (15h20 – 16h20) – EXPRESSION DE SOI

La construction d’une identité numérique sur les réseaux sociaux.

De la transmission des premiers portraits au partage de milliers de selfies sur les réseaux socionumériques, l’arrivée du numérique a-t-elle profondément modifié la construction de l’identité et la représentation de soi ?

Modérateur.trices : Jules Nguyen (ENS Louis-Lumière), Margot Fuchs (Paris 8)

Intervenant.es : Ilhem Fettous (Paris 8), Hadjer Reggam (Paris 8), Giuseppina Sapio, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, « Le film de famille. Représentations collectives, mise en récit et subjectivation », Politiques de communication, 2017, Rebecca Topakian, artiste photographe, auteure de « Infra-», http://www.rebeccatopakian.fr/.

PAUSE (16h20 – 16h40)

Table ronde n°3  (16h40 – 17h40) – ÉMOTION                 

Impact émotionnel des plateformes : le design à l’heure de l’hyper-choix.

Le modèle économique des plateformes numériques vise à susciter des comportements addictifs. Que savons-nous au juste du travail émotionnel des usagers ? Quelles réponses les acteurs du web peuvent-ils apporter dans la conception des services ?

Modérateur.trices : Adélie Tirel (Paris 8), Juliette Le Gloan (Paris 8)

Intervenant.es : Elda Ahmeti (Paris 8), Charlyne Garcias (Paris 8), Eve Delvuder (ENS Louis-Lumière),  Adrien Pequignot, doctorant et auteur de « Ce qui se joue lorsque “Les émotions vont au travail”. À propos de l’œuvre de Zoé Beloff », Thomas Versaveau, vidéaste, réalisateur de l’émission Channel Game Spectrum sur YouTube.

CONCLUSION (17h40 – 18h00)                                        

Didier de Faÿs – Directeur de la Rédaction du Magazine Photographie.com, Site Web : https://photographie.com, co-fondateur de La Bourse du Talent (BNF).

Véronique Figini, maître de conférences, chercheure au CEMTI, associée au CHS Mondes contemporains, expert près la cour d’appel de Paris.