Mission à Reykjavik

Mission à Reykjavik

- 13 décembre 2022 -

Du 12 au 18 octobre dernier, ArTeC a diligenté une mission à Reykjavik, en Islande, pour explorer les possibilités d’échanges entre les universités de la ville et l’EUR. Nous avons visité les deux principaux établissements supérieurs de Reykjavik : l’université d’Islande à Reykjavik (Háskóli Íslands) et l’académie des beaux-arts de Reykjavik (Listaháskóli Íslands).

L’université d’Islande à Reykjavik est la plus ancienne et la plus importante université en Islande. Elle compte 14 000 étudiant·es, dont 3500 en master, et 700 doctorant·es.

 

Elle se décompose en 6 écoles, elles-mêmes subdivisées en facultés : l’école des sciences sociales est la plus importante avec 4700 étudiant·es ; elle voisine avec les écoles de médecine, des sciences humaines, des sciences pédagogiques, de l’ingénierie et des sciences naturelles et enfin l’école des études interdisciplinaires.

Nous avons rencontré la doyenne de l’école des sciences humaines, Ólöf Garðarsdóttir, qui s’est montrée très ouverte et favorable à la signature de conventions d’échange entre nos établissements.

Pour ArTeC, les atouts de cette université sont multiples : elle offre un très grand nombre de cours en master dans des disciplines variées et souvent innovantes (avec une expertise particulièrement pointue dans le domaine des études de genre, de la littérature médiévale islandaise, des sciences de l’environnement, de l’archéologie et de la géologie) ; elle propose des formations qui croisent les intérêts des étudiant·es ArTeC (cultural studies, cinéma, histoire de l’art), et des croisements interdisciplinaires originaux, avec par exemple un cours « arts et désastres environnementaux » dans le master « Environmental and natural resources studies » ; elle présente des infrastructures très performantes sur les plans administratif et numérique ; enfin, les professeurs sont très accessibles pour les étudiant·es.

Actuellement, il n’existe pas d’accord avec les universités Paris 8 et Nanterre, mis à part un accord ancien limité aux étudiant·es en langues vivantes. Pourtant, l’université d’Islande a une quarantaine d’accords avec des universités françaises et accueille chaque année une cinquantaine d’étudiant·es français.es, grâce notamment au nombre élevé de ses cours dispensés en anglais. La condition établie par l’université d’Islande pour la signature d’accords internationaux est que les universités partenaires offrent au moins 30% de cours en anglais. ArTeC travaille à accroître la proportion de ses enseignements accessibles aux non-francophones.

L’académie des beaux-arts de Reykjavik existe depuis 1998. Elle est issue de la fusion de Leiklistarskóli Íslands (École d’art dramatique islandaise), Myndlista-og Handíðskóli Íslands (École supérieure islandaise des arts et métiers). Elle propose des cursus en arts plastiques, théâtre, cinéma, musique, design et architecture. Il s’agit d’une université privée à but non lucratif. Nous avons rencontré les responsables des sections théâtre (Steinunn Ketilsdóttir) et cinéma (Steven Myers). Le master de théâtre se développera sur deux ans à partir de 2023-2024 : il s’agit d’une formation articulant théorie et pratique, avec un projet final combinant un mémoire théorique et un projet pratique, mais dont la création est la colonne vertébrale. L’interdisciplinarité et la  dimension expérimentale sont encouragées, ce qui rapproche beaucoup ce master du master ArTeC. L’ensemble des mémoires théoriques donne lieu à une publication collective de l’école chaque année.

Le département de cinéma vient d’ouvrir, et il ne propose pour le moment qu’une licence, qui devrait aboutir à la création d’un master en 2025.

Ces deux formations proposent des cours en anglais et sont désireux de nouer de nouveaux partenariats internationaux. Le dialogue avec ArTeC va se poursuivre, dans la perspective d’échanges d’étudiant·es.

 

Contact : Sabine Quiriconi, chargée de mission RI