Pour une pensée du dehors, 10 dec.

Marie Preston et Gwenola Wagon sont artistes et enseignantes et chercheuses à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis au sein du master MDAC (Média Design et Art Contemporain), et au sein de l’équipe Teamed (Équipe de recherche Esthétique des nouveaux médias/Laboratoire Arts des images et art contemporain-EA4010). Elles ont mené un cours/cycle de conférences Comment faire d’une classe une œuvre d’art ? de 2014 à 2016 qui se propose de réfléchir à la manière dont l’art et la pédagogie interagissent aujourd’hui. Elles interviendront à la fois sur leur pratique personnelle à travers leurs projets de recherche ainsi que sur certaines thématiques communes sur les pratiques collaboratives.

Biographie
Marie Preston mène un travail artistique qui se constitue comme une recherche visant à créer des œuvres, documents d’expérience, avec des personnes a priori non artistes. Les rencontres sont suscitées en engageant une activité dans des territoires spécifiques : pratique du tricot au sein de l’Association des Femmes Maliennes de Montreuil, déplacement sur des chemins historiques disparus entre Paris et ses communes limitrophes, travail documentaire sur une pratique rituelle en Inde, sur les jardins partagés en région parisienne ou encore sur le jardin d’agronomie tropical de Nogent. Sa démarche tente d’être une exploration artistique et ethnographique de situations variées où le processus de création implique un tâtonnement méthodique pour, chaque fois, se positionner à la bonne distance afin de co-construire l’œuvre avec les personnes concernées. Pour que la « co-création » ait lieu, la collaboration doit s’instaurer en un rapport de réciprocité des savoirs et des savoir-faire pour faire émerger un espace commun. Cet espace s’épaissit dans la durée et l’activité collective. Photographies, sculptures, performances et films prennent forme selon des modalités diverses allant de la restitution d’expérience à des actions collectives.

Gwenola Wagon diplômée de l’Atelier de Recherches Interactives et de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, après avoir soutenu une thèse sur les Utopies d’un cinéma interactif, elle co-fonde le projet Nogo voyages avec Stéphane Degoutin avec qui elle réalise en des projets qui spéculent sur des alternatives potentielles avec des films, essais et installations, sur l’obsolescence programmée de l’homme (Cyborgs dans la brume), les mutations du travail (Institut de néoténie), l’automatisation du traitement des produits, du vivant et des données (Le Monde comme entrepôt de livraison, Erewhon), les lieux d’Internet (Blackpool-Manchester, Globodrome, World Brain), les modes de vie alternatifs pour une société d’hyperinformation (Laboratoire de schizophrénie contrôlée, Forêt thérapie, Emma)… Elle réalise les expositions « Voyages dans les données du monde » dans le cadre des Rencontres de la photographie ainsi que Média médiums et Haunted by Algotithms, dans le cadre de projets de recherche avec Jeff Guess.
Informations pratiques
Lundi 10 décembre, Paris 8
14h à 18h
Changement de salle : Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, salle D011

Traduire la performance / Performer la traduction, 21 nov.

Dans le cadre de l’atelier de création littéraire « Babel heureuse », le séminaire Labex Arts H2H , Traduire la performance / Performer la traduction invite Vincent Barras au Théâtre de la cité internationale, le mercredi 21 novembre 2018 à 17h.

Vincent Barras est traducteur, poète et médecin et dirige l’Institut des humanités en médecine de l’université de Lausanne. Il a traduit de très nombreux livres dont Silence de John Cage (Héros-Limite, 2003), les Constellations et poésies concrètes d’Eugen Gomringer (Héros-Limite, 2015) ou encore 1 2 3. Poèmes et journaux de Roberto Lax (Héros Limite, 2011). Son travail de traducteur et de poète s’articule donc à la croisée de la poésie concrète, de la musique expérimentale et de la poésie sonore. Vincent Barras parlera du lien particulier entre traduction et écriture poétique en performance. Il présentera Interpreting Bar Dem Interpreting, une de ses performances récentes réalisée avec Jacques Demierre dans laquelle la performance de la traduction et la traduction de la performance est activée.

Informations pratiques : 

Théâtre de la cité internationale, atelier 30

21 A Boulevard Jourdan, 75014 Paris

Réservation obligatoire vincent.broqua(at)univ-paris8.fr 

La pensée en acte – des valeurs à venir, 26 nov.

 

Lundi 26 novembre 2018, 14h-18h Grande conférence de Erin Manning & Brian Massumi

Erin Manning et Brian Massumi proposent d’entamer une conversation autour du concept de la valeur. Au cœur des questions de recherche-création, un mode d’enquête qui remet en question nos modes de savoir et d’évaluation, la valeur est un concept qui sous-tend depuis plusieurs années le travail du SenseLab (www.senselab.ca).
Passant par le concept de valuation immanente, ils proposeront ensuite un concept de valeur pour une économie alter-capitaliste ainsi qu’un projet d’alter-université intitulé l’Institut des 3Ecologies.

—-

Biographies 

Brian Massumi est un philosophe, traducteur et théoricien du politique et de l’esthétique. Il est aujourd’hui professeur au Département de Communication de l’Université de Montréal

Ses travaux portent surtout sur les problèmes de la vision, sur les affects et le virtuel. Il a exploré ses thèmes dans les domaines de l’art contemporain (Bracha L. Ettinger, par exemple), de l’architecture (Frei Otto), de la théorie politique (autour du concept de peur dans la politique américaine contemporaine), des Cultural studies et dans la philosophie généralement.

Dans le monde anglo-saxon, Massumi est réputé pour ses traductions en anglais de philosophes contemporains tels Jean-François Lyotard (La condition postmoderne, avec la collaboration de Geoffrey Bennington), Jacques Attali (Bruits) et en particulier Gilles Deleuze et Félix Guattari (Mille Plateaux). Les travaux de Massumi sont d’ailleurs particulièrement influencés par la pensée de ces deux derniers auteurs dont il articule l’apport à l’«empirisme radical» de William James.

Erin Manning détient une chaire de recherche en philosophie et art relationnel de la Faculté des beaux-arts de l’université Concordia. Elle est également directrice du SenseLab (www.senselab.ca), un laboratoire de recherche qui explore les intersections entre la création artistique et la philosophie à partir de la matrice du corps sensible en mouvement.

Artiste, elle travaille entre la peinture, la danse, les textiles et la sculpture. Ses projets récents explorent les collectivités émergentes et le geste mineur. Ses écrits ont comme sujet le mouvement, l’art et la politique vu à travers le prisme de la philosophie processuelle ; les projets les plus récents explorent la perception autistique et le « plus-qu’humain ».

Ses publications incluent : Politics of Touch : Sense, Movement, Sovereignty (Minneapolis : Minnesota UP, 2007), Relationscapes : Movement, Art, Philosophy (Cambridge, Mass. : MIT Press, 2009), Always More Than One : Individuation’s Dance (Durham : Duke UP 2012), Thought in the Act : Passages in the Ecology of Experience, coécrit avec Brian Massumi (Minnesota UP), et The Minor Gesture (Duke UP, 2016).

Informations pratiques 

14h à 16h – Grande conférence

16h à 18h – Petite conférence

Institut National d’Histoire de l’Art, 2 rue des petits champs 75 002 Paris

Salle Vasary

 

Émergence de l’art vidéo en Europe, 11 et 12 déc. 2018

 

Séminaire de recherche 4 et projection

Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980)

 Antoni Muntadas, Early video works

11-12 décembre 2018

Bibliothèque nationale de France et Institut national d’histoire de l’art

Les communications publiques du Séminaire de recherche auront lieu le mardi 11 décembre de 9h30 à 16h, salle 70, site François Mitterrand, BnF

La projection-conférence d’Antoni Muntadas se tiendra le mardi 11 décembre de 18h à 20h, salle Walter Benjamin, INHA


Les recherches historiographies sur l’art vidéo, de même que les discours critiques ou les théories esthétiques, restées longtemps centrées sur le continent américain, ne se sont développées que tardivement dans les pays d’Europe, qu’elles concernent les productions nationales ou, a fortiori, l’ensemble de la production continentale. Les contextes techniques, sociaux et politiques nationaux très divers qui ont vu l’avènement de l’image électronique ont également, il est vrai, largement freiné l’émergence d’une vision historique globale.

À ce jour, à l’échelle de l’Europe, une histoire de l’art vidéo demeure donc à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Mardi 11 décembre 2018

BnF, site François Mitterand, salle 70

Communications publiques

9h30 – Introduction et présentation du programme « Émergence »

François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

9h45 – The early days of videoart in the Netherlands, a brief history

Gaby Wijers (Directrice, LIMA)

10h30 –From The Museum of Memory: Video Art in the Netherlands

Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)

11h15 – Pause

11h30 – Early video-art in Italy. Emergences, production and exhibition practices. Access and preservation issues

Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)

12h15 – Pause déjeuner

13h45 – Portugal : Alternativa Zero et après

Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)

14h30 – A Chance to Investigate Reality. Video Art in the Workshop of the Film Form Circle

Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

15h15 – Table-ronde

INHA, salle Walter Benjamin

 Projection-conférence

 18h – Early video works

Antoni Muntadas (Artiste vidéaste)

 —

Mercredi 12 décembre 2018

Séminaire de recherche semestriel

Les coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe », François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault, l’ingénieure d’études, Ségolène Liautaud et les chercheurs invités Jean-François Chougnet, Lisa Parolo, Tom Van Vliet, Gaby Wijers et Tomasz Zaluski et l’artiste Antoni Muntadas feront un bilan d’étape du programme de recherche.

Mardi 11 et mercredi 12 décembre 2018

Bibliothèque nationale de France et Institut national d’histoire de l’art

Séminaire de recherche 4

Ce quatrième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie, en Pologne et en Espagne.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo » :

François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne)

Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France)

Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de :

Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, Labex Arts-H2H)

Victor Tsaconas (Stagiaire, Labex Arts-H2H)

Boualem Khelifati (Stagiaire, Labex Arts-H2H)

Collaborateurs invités :

Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)

Antoni Muntadas (Artiste-vidéaste)

Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)

Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)

Gaby Wijers (Directrice, LIMA)

Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

 Informations pratiques :

Les communications publiques du mardi 11 décembre auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.

La projection conférence d’Antoni Muntadas du même jour se tiendra dans la salle Walter Benjamin, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Le séminaire de recherche semestriel est exclusivement réservé aux partenaires du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe ».

Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Ce séminaire bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01).

 

Immersion virtuelle : entre corps et avatars, 16 Nov.

 

Vendredi  16 novembre 2018 après-midi, au  Carrefour Numérique de la Cité des Sciences et de l’Industrie, lancement du séminaire-atelier-laboratoire : Immersion virtuelle technologique : entre corps et avatars.

Quelles sont les relations qui s’établissent entre nos corps et ses avatars qui se déploient dans la profondeur des espaces numériques interactifs ?  Comment les interroger de manière expérimentale et scientifique ?

L’ installation interactive d’expérimentation « Devenez avatar » réalise une immersion par un avatar volant autoscopique. En savoir plus :  www.tnmes.hypotheses.org/741

PROGRAMME

14h : Accueil

14h30 : Noam Assayag : « L’imaginaire des corps et de la Réalité Virtuelle entre cinéma et prospective »

15h : Etienne Armand Amato : « Du jeu vidéo à la Réalité Virtuelle : quelles (dis)continuités ? Retour d’expérience »

15h30 : Etienne Perény : « De la théorie de l’immersion avatariale à sa mise en expérimentation scientifique »

16h : Kevin Beaufils :  « Transferts corporels et mesures de l’engagement : une approche comparative »

16h30-17h30 : Echanges, avec démonstrations et tests du dispositif

Publics : chercheurs, passionnés, étudiant.e.s en master et doctorat de l’ENSAD, de l’Université Paris 8 (Saint-Denis), de l’Université Paris 10 (Nanterre) et du Laboratoire DICEN-IDF.

Les étudiants en master et doctorat peuvent s’inscrire au séminaire pour entamer un parcours personnalisé de recherche thématique multi-disciplinaire, en s’inscrivant à videomatique@gmail.com  auprès de Kevin Beaufils. Direction : Etienne Armand AMATO, maître de conférence en sciences de l’information et de la communication, Université Paris-Est Marne-La-Vallée,  Laboratoire DICEN-IDF

Etienne Armand AMATO 

Enseignant-chercheur, auteur et conseiller, laboratoire DICEN-IDF

Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paris Est Marne-la-Vallée [http://www.u-pem.fr], IFIS & IUT de Meaux.

Conseiller technique et animateur de l’IHEST, Cofondateur de l’OMNSH (omnsh.org)

—–

Un lancement suivi de sessions de travail à la MSH-Paris Nord et de séances d’expérimentation dans l’espace Jeu Vidéo de la Cité des Sciences et de l’Industrie les 3 et 4 décembre. Inscription pour ces deux dates d’atelier scientifique créatif sur : https://framadate.org/Bblp2BcxvSq6PUu2

Cette initiative lance une série de rencontres permises par les ateliers-laboratoires du Labex arts-H2H et l’Ecole Universitaire de Recherche ArTeC, avec le soutien de l’IDEFI-CréaTIC, du laboratoire DICEN-IDF et de l’équipe autonome du professeur Alain Berthoz au Collège de France.

Déconstruire le genre du rose : approches antidisciplinaires, 20 nov.

Kévin Bideaux, artiste et doctorant, organise une exposition intitulée 50 nuances de rose, qui aura lieu du 16 au 24 novembre 2018 au 59, rue de Rivoli.
Cette exposition sera ponctuée d’une journée d’étude intitulée « Déconstruire le genre du rose: approche antidisciplinaire » qui se déroulera le Mardi 20 novembre 2018, de 9h à 18h au sein même de l’exposition.
Elle est co-organisée par Marie-Dominique Gil et Kévin Bideaux, aidé.e.s par Joana Tosta pour la rédaction de l’appel à communication, et par Barbara Fulneau pour la réalisation des documents de communication.
Annie Mollard-Desfour, linguiste, lexicographe et auteure de Rose. Dictionnaire des mots et expressions de couleurs. XXe*-XXIe siècles (CNRS éditions, 2002), nous fait l’honneur de sa présence en tant que conférencière invitée.

L’intime à l’oeuvre, colloque international, 14-15 nov.2018

L’intime à l’œuvre II : SURexposition(s)  Connaître l’œuvre exposée et muséale par la performance

Colloque international, 14-15nov 2018

Programme complet

Ce projet du labex Arts-H2H La performance théâtrale au musée : une nouvelle médiation transculturelle est consacré aux performances artistiques en tant que nouvelle médiation transculturelle dans l’espace muséal. Entre recherche et création, les processus élaborés par les étudiants, les artistes et les chercheurs sont filmés depuis trois ans, en amont et in situ, sur ces scènes hybrides internationales. Ce colloque propose de marquer un temps de réflexion sur certains d’entre eux, en croisant d’autres expériences avec les invités extérieurs à ce projet. Le film, en tant que document et archive, est-il essentiel à ce moment de retour sur l’expérience de chacun? Comment témoigner de ces processus invisibles à l’œuvre, avec quelles méthodes de relation entre images, corps et textes ? L’intime peut-il, dans l’acte artistique, créer un réseau de partage sensible ? Nous accueillerons dans ce colloque ces devenir-poète  et devenir-conteur  de nos vécus, inséparables d’une démarche réflexive sur toutes ces expérimentations.

Ces performances, au départ théâtrales, sont devenues interdisciplinaires, avec la participation en 2017/2018 de 240 étudiants de Paris 8 en théâtre, danse, arts plastiques, cinéma, musique, sciences politiques, sciences de l’information et de la communication, sciences du langage, langues et cultures étrangères. Un tel dialogue entre sciences humaines dans la visite créative des musées et des expositions permet-il de générer une nouvelle conception de la performance ? Dans ce processus, engagé depuis 2015 – Faire/refaire/défaire/faire savoir la performance – que deviennent les catégories artistiques ? Avec quel mode de relation à l’imprévisible.

 ——-

Mercredi 14 novembre, 14h-17h30, MNAAG-Guimet, salles du musée :

Modératrice : Cécile Becker (MNAAG-Guimet)

  • 15h00 Accueil (Hall d’entrée) des invités et du public sur inscription préalable obligatoire
  • 15h30-15h50 Performance d’un parcours muséal avec le dispositif de l’araignée

Mercedes Chanquia-Aguirre, Université Paris 8, compagnie MassivaCortisone

  • 15h50-17h15 Parcours poétiques avec des collections du musée

Recherche-création d’étudiants en arts de la scène (M2), Université Paris 8

  • 17h15-17h45 Méditation sur le calme mental, l’œuvre et l’espace

Nathalie Gauthard, Université de Nice Sophia-Antipolis, LIRCES, SOFETH

  • 17h45-18h15 Discussions

 ——-

Jeudi 15 novembre Musée national des arts asiatiques – Guimet, Hôtel d’ Heidelbach 

  • 10h Accueil du public (sur inscription préalable obligatoire)
  • 10h15 Introduction Retour sur expériences

            Katia Légeret, Université Paris 8, EA1573, porteuse de ce projet Labex Arts-H2H

MATIN

L’artiste chercheur entre performance et savoir

Modératrice : Nathalie Gauthard, Université Nice Sophia Antipolis, LIRCES, SOFETH

  • 10h30-11h Diseurs et danseurs au musée, expériences éblouies

Christine Lancestremère, conservateur en chef du patrimoine du musée Rodin et commissaire de l’exposition « Rodin et la danse »

  • 11h-11h30 Éloge de fesses, performance au Louvre-Lens

Bernadette Gruson, metteuse en scène

  • 11h30-12h Danser trois tableaux de Paul Klee

            Nadia Vadori-Gauthier, artiste chercheure, EDESTA Université Paris 8

  • 12h-12h30 Discussions

12h30-13h30 Pause déjeuner

APRES-MIDI :

  • 13h30-14h45 Faire/refaire/défaire/faire savoir la performance. Retours sur les nouveaux dispositifs de la médiation artistique et transculturelle expérimentés en mai 2017

Présentation d’extraits de films avec la participation de 240 étudiants de Paris 8, réalisés par Minh Nguyen Sourintha (service vidéo Paris 8)

Modératrice : Sarah de Oliveira Carneiro, Université Fédérale de Recôncavo de Bahia (UFRB), Brésil

  • 13h30-14h Le Balzac de Rodin en langue des signes, exposition « Le Centenaire de Rodin », RMN-Grand Palais, performance du 22 mai 2017

Ivani Fusellier UMR SFL (Paris 8 et CNRS), et des étudiants Langue des signes LSF /SDL/HSLSF3 Paris 8

  • 14h00-14h30 Exposition « Des Grands Moghols aux Maharajahs. Joyaux de la collection Al-Thani », RMN-Grand Palais

Lectures poétiques et dansées avec Géraldine Margnac (artiste de Bharata-natyam, EDESTA, Paris 8), Karine Leblanc (artiste d’Odissi, EDESTA, Paris 8) et Wilfried Bosch (metteur en scène, EDESTA, Paris 8)

  • 14h30-14h45 Discussions
  • 14h45-15h Pause
  •  15h-16h30 Ouvertures et perspectives du projet de recherche sur la performance au musée

Modération : Monique Sobral de Boutteville, NAEA (Centre de Hautes Etudes Amazoniennes – Université́ Fédérale du Pará)

  • 15h-15h30 Performance entre archive et cartographie. Conception et réalisation d’une exposition des videos-performances sur la toile

Frederico Duarte, photographe et graphiste brésilien, Université autonome de Barcelone (UAB)

  • 15h30-16h Regards croisés sur la danse au musée. Performance, workshop, répétitions et spectacle : quatre variations chorégraphiques expérimentées dans un espace muséal au Vietnam

Pierre Larauza

  • 16h-16h30 Discussions

*Informations pratiques :

Inscriptions obligatoires et séparées pour chacune des journées : le nombre de places étant très limité au musée MNAAG-Guimet, les participants doivent s’inscrire par mail jusqu’au 1er novembre 2018 auprès de katialegeret@orange.fr

Adresse : Hôtel d’ Heidelbach-MNAAG Musée Guimet, 19 Avenue d’Iéna, 75116 Paris, métro Iéna

*Informations complémentaires :

*Organisation : Katia Légeret, professeur des universités et directrice de l’équipe de recherche EA 1573 Scènes du monde, création, savoirs critiques (Paris 8)

Partenariats :

Paris 8 : EA 1573 Scènes du monde, création, savoirs critiques EA 4010, Arts des images et art contemporain ; L’équipe Langue des Signes et Gestualité (LSG) de l’UMR Structures Formelles du Langage (P8 et CNRS)/UFR Sciences du Langage, Département Linguistique des Langues des Signes. EA 4028 Praxis et esthétique des arts du laboratoire Textes et Cultures (Université Artois) ; CIRRAS/MSHE Université Franche-Comté; MNAAG Musée national des arts asiatiques-Guimet ; RMN-Grand Palais ; UFPA – Université Fédérale du Pará, Brésil (NAEA et ETDUFPA); Université Fédérale de Bahia, Brésil ; Université Fédérale de Rio de Janeiro ; Université JNU, New Delhi, Inde. Avec la participation du service vidéo de l’UFR ARTS à Paris 8.

Co-organisé par l’EA1573/Paris 8, le Labex Arts-H2H Université Paris 8, en partenariat avec Musée MNAAG-Guimet  et RMN-Grand Palais

Comité scientifique :

Ivani Fusellier, Monique Sobral de Boutteville, Muriel Roland, Wilfried Bosch, Géraldine Margnac, Nadia Vadori-Gauthier, Nathalie Gauthard, Gabriela Lirio, Katia Légeret, Cécile Becker, Vijaya Rao, Hasan Erkek.

 

 

 

Économie, affects et politiques, 28 nov.

Économie, affects et politiques

Frédéric Lordon,  Brian Massumi, Yves Citton

mercredi 28 novembre 2018 à 19h00

Cette rencontre propose un dialogue inédit autour des affects dans l’économie et la politique avec Frédéric Lordon et Brian Massumi, deux penseurs à la pointe du renouvellement des pensées de la gauche radicale.

Frédéric Lordon et Brian Massumi proposent tous les deux une pensée radicalement critique de l’économie orthodoxe à partir de la notion d’affect. L’un s’appuie sur Spinoza (La Société des affects et Les affects de la politique), l’autre sur Deleuze et Guattari (L’économie contre elle-même).

Si leurs prémisses critiques semblent converger, leurs approches, leurs conclusions et leurs propositions politiques emmènent dans des directions assez différentes. Leurs rapports à l’État-nation, comme leurs analyses des dérivations financières, sont en contraste de manière particulièrement marquée.

Chacun d’eux peut incarner un devenir possible des nouvelles pensées d’une gauche radicale : la question est de savoir si ces devenirs sont compossibles, contradictoires ou complémentaires.

La rencontre est introduite et animée par Yves Citton. Quentin Badaire est leur premier répondant avant d’ouvrir la parole aux interventions de la salle. Cette rencontre s’inscrit dans les activités de la revue Multitudes et de l’École Universitaire de Recherche ArTeC – Arts, technologies, numériques, médiations humaines et création.

Frédéric Lordon

Philosophe et économiste, directeur de recherche au C.N.R.S, auteur de nombreux articles et du blog La Pompe à phynance. Il est notamment l’auteur de noubreux ouvrages :

Jusqu’à quand ? Pour en finir avec les crises financières (Raisons d’agir, 2008)

Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza (La Fabrique, 2010)

D’un retournement l’autre (Seuil, 2011)

La société des affects (Seuil, 2013)

Imperium. Structures et affects des corps politiques (La Fabrique, 2015)

Les affects de la politique (Seuil, 2016)

La condition anarchique (Seuil, 2018).

Brian Massumi

Après avoir été professeur à l’Université de Montréal, Brian Massumi est désormais un chercheur autonome consacrant son temps à l’écriture et aux projets de l’Institut des Trois Écologies, qui a succédé au SenseLab. Traducteur de Mille Plateaux de Deleuze et Guattari en anglais, il a joué un rôle central dans la diffusion de leur pensée avec son ouvrage devenu classique A User’s Guide to Capitalism and Schizophrenia: Deviations from Deleuze and Guattari (MIT Press, 1992).

Ses ouvrages les plus récents comprennent :

L’économie contre elle-même (Lux, 2018)

Pensée en acte (avec Erin Manning, Presses du réel, 2018)

Ce que les bêtes nous apprennent de la politique (Éditions Dehors, 2019)

99 Theses on the Re-Evaluation of Value. A Post-Communist Manifesto (University of Minnesota Press, 2018).

Yves Citton

Yves Citton co-dirige la revue Multitudes, où sont parus de nombreux articles de Brian Massumi (dont des extraits de son Manifeste post-capitaliste, n° 71, été 2018). Il a rédigé la préface des traductions de L’économie contre elle-même et la postface de Pensée en acte de Brian Massumi. Il a co-dirigé avec Frédéric Lordon le volume Spinoza et les sciences sociales paru en 2008 aux Éditions d’Amsterdam. Il a récemment publié :

Médiarchie (Seuil, 2017),

Contre-courants politiques (Fayard, 2018).

Quentin Badaire

Quentin Badaire termine un doctorat à l’E.N.S et au C.N.R.S (UMR 8547) sur Gilles Deleuze et Michel Foucault face à l’économie politique : usages critiques d’un discours savant dans les années 60-70 sous la direction de Jean-Claude Monod et d’André Orléan.

Informations pratiques

Espace Auditorium, Gaité Lyrique

mercredi 28 nov. à 19h

Journée Portes ouvertes, Université Paris Lumières

Vendredi 9 novembre 2018 aura lieu la journée portes ouvertes de l’Université Paris Lumières à la Bibliothèque Nationale François Mitterrand (BNF).

PROGRAMME

Accueil café à partir de 9h15

BnF, site François Mitterrand – Grand auditorium 

Cette journée est ouverte à tout le personnel des membres et associés de la ComUE ainsi qu’aux étudiants des universités et écoles qui font partie de la ComUE.

Pour des raisons d’organisation et de sécurité, l’inscription est obligatoire. Accès par l’entrée des lecteurs (contrôle de sécurité à passer)dès 9h.

Au programme, présentation de projets de recherche financés par UPL  :

  • EUR ArTeC par Yves Citton (Directeur de l’EUR)
  • « Revue Terrain » par Vanessa Manceron (Comité de rédaction),
  • « Archives et droit international » par
    • Pierre Bodeau Livinec (Professeur de droit public Université Paris Nanterre)
    • Jean-Louis Iten (Professeur de droit public Université Paris 8, Directeur du laboratoire Forces du droit)
    • Yann Potin (Archiviste Paléographe, Chargé d’études documentaires principal aux Archives nationales)
  • « Attentas du 13 novembre 2015 : des vies plus jamais ordinaires » par Christian Delage (Professeur des universités, Directeur de l’Institut d’histoire du temps présent)

L’après-midi sera consacrée à des visites guidées du bâtiment de la BnF à partir de 14h15 (1h de visite environ).

Contemporaneity, Anachrony, and Historical Imagination, 6 nov.

Mardi 6 novembre à 18h Jacob Lund, professeur associé d’esthétique et de culture, et directeur du programme Contemporary Aesthetics and Technology à l’Université Aarhus au Danemark proposera une conférence en anglais :  « Contemporaneity, Anachrony, and Historical Imagination”.
Historically speaking, contemporary art, following modern and – so it existed – postmodern art, is the art of today. As such, it seems that art has ceased to be a historical project with less interest in change than remaining in circulation, in particular on a global scale. For some, this is the contemporary condition of art. At the same time, as the name suggests, in the con-temporaneity of contemporary art, different times and temporalities come together able to create links across times and across spaces that would otherwise be unthinkable. Following the famous claim made by Roland Barthes, who (inspired by Nietzsche, and quoted by Agamben) said that “the contemporary is the untimely”, the contemporary might suggest artistic practices that run against their own time and epoch, or at least help problematize and re-emphasize particular relationships to time, history and historicity. However, what is the relationship of artistic research to contemporary art? Can it help to further artistic practices interested in resisting the flow of our times, or is it complicit in making art available now not only as material object but also as object of knowledge? 
Informations pratiques : 
Conférence en anglais
Université Paris 8 : Salle J104
(M13 Saint-Denis Université)