Bienvenue à Erewhon, 7 mai

Bienvenue à Erewhon : nouveaux épisodes, projection au Jeu de Paume

Pierre Cassous-Noguès, Stéphane Degoutin, Gwenola Wagon

L’exploration de la ville d’Erewhon se poursuit avec une série de six nouveaux épisodes. Erewhon, la ville dans laquelle les machines ont évolué pour se rendre autonomes. Elles ont libéré les habitants du travail comme de tout autre souci. Les Erewhoniens sont donc parfaitement libres. Ils sont bienheureux … et quelque peu étranges. Leurs gestes ne sont pas les nôtres. Ils écoutent les plantes penser. Ou chantent des chansons d’amour à des robots. Ils caressent les animaux qu’ils vont manger. Les familles vivent en parfaite harmonie dans des maisons entièrement connectées sans qu’aucun dysfonctionnement jamais ne viennent troubler ce bonheur domotique. Revenu d’entre les morts, l’écrivain britanique Samuel Butler circule parmi des images trouvées sur Internet, observant les mœurs des Erewhoniens. 
Uncanny comique, quand l’inquiétante étrangeté bascule dans le comique. Ou l’inverse. Cette ville, qui n’est pas peut-être pas celle du futur mais qui, du moins, se dessine derrière nos écrans, est-elle comique ou est-elle étrange ? Faut-il en rire ou s’en inquiéter ?    

 Film-annonce

www.welcometoerewhon.com

Erewhyna – 3 morts brutales

Performance – Olivier Bosson
Pas la peine de vous présenter en détail Erewhyna, tant ce monde s’apparente à celui d’Erewhon. Là aussi, c’est à des équipes d’ingénieurs qu’on a confié la mission de faire fonctionner la société. C’est eux qui ont dessiné ces scénarios à la gloire des flux, tablant sur les bienfaits qu’apporteront une abondance de circulations, de circuits, de canalisations, ils ont programmé le déploiement autonome et infini des machines et des réseaux. 

Dans notre monde, j’ai été marqué par 3 morts brutales survenues au cours de ces dernières années : celle de Nodar Kumaritashvili, celle d’Elaine Herzberg, celle de Jérôme Laronze. Chacun de ces drames nous confronte aux limites des fictions type Erewhyna et de leurs promesses.

Site Olivier Bosson

Informations pratiques :

 Jeu de Paume, 1 Place de la Concorde , 75008 Paris

7 mai prochain à 19h

Entrée libre dans la limite des places disponibles