Tentative Deligny

Le nom de Fernand Deligny (1913-1996) a dominé le champ des expérimentations psychopédagogiques de l’après-guerre à la fin des années 1980. À quelques exceptions près, l’œuvre de Fernand Deligny tombe dans l’oubli pendant vingt ans. Si par le passé, son nom était strictement lié à la psychopédagogie, son œuvre ressurgit aujourd’hui en tant qu’un objet complexe s’adressant à différentes disciplines. Ce projet propose d’y travailler l’articulation entre la pratique artistique et la pratique clinique en tant que cette articulation est susceptible d’interroger et de mettre en jeu les normes sociales existantes. Il ne s’agit toutefois ni de pédagogie spécialisée, ni d’art thérapie, mais plutôt d’expérimentation sociale.
Le souci de l’expérimentation est central chez Deligny, et a pour but de redessiner sans cesse les formes d’un monde à vivre. L’écriture aussi bien que la cartographie et l’usage de la caméra comme outils de recherche placent des questions de perception et de relation au milieu au cœur des investigations de Deligny. Il s’agit notamment de penser des technologies d’investissement de l’espace permettant de voir autrement l’autiste et ainsi de l’accueillir.
En poursuivant un travail collectif et international, le projet actuel vise à constituer une réception critique du travail de Fernand Deligny et de son œuvre, au carrefour de plusieurs disciplines – dont l’apport de Deligny à certaines d’entre elles est encore en partie ignoré. Nous proposons ainsi de faire travailler un ensemble des personnalités venant des champs de la philosophie, du cinéma, des arts plastiques, de la danse, de la clinique, de l’anthropologie, et diverses institutions. Le projet travaille à partir des archives jusqu’alors sous-explorées de Deligny et souhaite nous seulement en ouvrir l’accès par la numérisation et la mise en ligne de certaines d’entre elles, mais encore en constituer de nouvelles, à travers notamment la constitution du catalogue des objets que créèrent le réseau.