Le projet entend poser le problème de l’évolution de l’enseignement de l’art depuis qu’il a été institué en France, tout en mettant en œuvre une instance de réflexion sur ses évolutions futures. Il met à profit les recherches d’enseignants, de chercheurs, étudiants et doctorants, ainsi que les ressources des Archives nationales et d’un certain nombre d’institutions d’enseignement.

Son point de départ est l’observation de différentes réformes mises en œuvre au cours des dernières années dans les écoles d’art. Celles-ci visent notamment à y introduire des équipes et programmes de recherche, parfois en partenariat avec des programmes universitaires, ce qui a pour conséquence de les conduire à redéfinir leurs objectifs.

Le projet met en perspective les réformes en cours, en les confrontant aux nombreuses transformations survenues par le passé et dont un bilan n’a à ce jour pas encore été établi.

Les questions soulevées par une telle recherche excèdent cependant la simple question des programmes d’enseignement des écoles : en élargissant le propos, il s’agit aussi de s’interroger sur ce que veut dire aujourd’hui enseigner l’art. Si les transformations traduisent de fait une volonté de refléter l’évolution des pratiques artistiques, tout en participant à la promotion de nouvelles pratiques, elles correspondent en effet simultanément à des demandes sociales (traduisant elles-mêmes souvent des orientations de politique locale).

Le projet aborde ces questions et d’autres plus profondes qui touchent à la fonction même de l’enseignement ou des écoles d’art. Ces écoles sont-elles encore nécessaires ? S’agit-il de former des artistes (ou de les déformer) ? S’agit-il de nourrir la recherche ou le marché ? Quelle place occupent les formations artistiques au sein de la société contemporaine ?

Le programme proposé consiste à organiser des enquêtes dans différentes archives, ainsi qu’une série de rencontres permettant de réunir et faire dialoguer des chercheurs de différentes disciplines (histoire, histoire de l’art, sociologie, esthétique, patrimoine), des artistes et des étudiants (d’écoles d’art ou de l’université). La participation à ces rencontres sera incluse dans le programme du master Arts plastiques de Paris 8 et donnera lieu à des validations pour les étudiants concernés.