Le projet de recherche–action « Tailleurs d’images : nouvelles voies d’expériences artistiques, quels espaces, quelles pratiques pour quels territoires » est un projet transdisciplinaire arts-sciences humaines et sociales porté par un collectif d’artistes, chercheurs et professionnels du monde de l’art. Il associe trois laboratoires de recherche issus des universités de Paris 8 et de Tours et trois institutions culturelles et artistiques : le 6b à Saint-Denis, le Jeu de Paume à Paris, la Maison Robert Doisneau à Gentilly.

Il s’inscrit dans les axes scientifiques majeurs suivants : la création comme activité de recherche, les technologies et médiations humaines et participe principalement du champ de recherche et d’expérimentation expositions et performance comme outils et dispositifs de médiation.

Le projet poursuit une triple finalité : d’une part, la conception participative d’une exposition-action
« Tailleurs d’images » au 6b et à la MSH Paris Nord (2019) qui se prolongera par l’organisation d’un colloque scientifique international (2020) à la MSH Paris Nord. D’autre part la réflexion sur l’impact de ce nouveau type d’exposition-action. Enfin la mise-en-œuvre d’une formation intensive centrée sur les acquis des finalités précédentes.

Il s’agit d’interroger le rôle social et politique de la création à travers la rencontre entre des habitants d’un territoire, des associations, des institutions artistiques et culturelles par l’entremise de démarches artistiques.

De par son ancrage conceptuel dans les domaines de l’art, de l’ergonomie et de l’éducation populaire, cette recherche-action adopte une position originale dans le paysage des recherches dans le champ de la médiation culturelle : elle s’attachera à documenter l’activité réelle du maillage d’acteurs ainsi qu’à identifier les déterminants favorables et défavorables à la mise en espace, à la mise en activité ainsi qu’à la mise en résonance des différentes formes d’expériences artistiques.

Partant des problématiques travaillées au sein du projet de recherche-action, le séminaire intensif de formation questionne la fluidité des usages contemporains de la photographie, ses statuts et rôles dans les champs de l’art contemporain, de l’ergonomie et de l’éducation populaire.