Evaluation générale : l’agence de notation comme dispositif artistique

Le projet Évaluation générale réunit un groupe d’artistes (poètes, performeurs, vidéastes, chorégraphes, scénographes), éditeurs, théoriciens des arts, critiques littéraires, philosophes, sociologues et gestionnaires composé de chercheurs, doctorants et étudiants, autour du problème social de l’évaluation. Il prend la forme de la mise en place pragmatique d’une Agence de notation, appelée à intervenir dans certaines situations concrètes, de façon à en tirer à la fois des effets pratiques localisés et des enseignements théoriques plus généraux. Il s’inscrit dans l’axe de «la création comme activité de recherche» et couvre les champs de recherche «Expositions et performances comme outils et dispositifs de médiation», «Approches artistiques de la critique sociale, de l’éthique et de l’écologie» et «Activité créative et cognition».

L’«Agence de notation» constitue un dispositif d’intervention qui a pour objectif de produire du texte d’évaluation, à partir d’enquêtes menées auprès d’institutions et d’entreprises, sous formes de méthodes de notation, de rapports d’évaluation ou d’audits non-orthodoxes. Elle a pour mission d’organiser de nouveaux modes d’occupation de l’espace social et médiatique, d’inventer des actions qui s’infiltrent dans les circuits médiatiques institutionnels existants, qui s’inscrivent dans des contextes sociaux situés au sein puis en dehors des institutions artistiques, pour transformer nos modes de représentation, de communication et d’interaction collective (artivisme, action directe et nouvelles formes de publication et de diffusion hors du livre, cf. Rosenthal, Ruffel, Nachtergael, Colard).

À partir des matériaux rassemblés, il s’agit d’inventer un dispositif de traitement qui permet une redescription, une reformulation et une nouvelle représentation du problème exploré, instituant (désinstituant/réinstituant) ainsi de nouveaux usages.

De tels dispositifs prendront appui sur des situations et des normes d’évaluation existantes pour imaginer d’autres formes d’évaluation, d’autres systèmes de notation, y mettre en évidence ou en détourner les jeux de langage, en déplacer le sens, les court-circuiter et en inventer de nouveaux en vue d’expérimenter d’autres formes de socialité à même de trouver des solutions inédites aux problèmes publics que soulève l’évaluation.

La dimension poétique de ce travail prend pour pivot la notion de « notation », à la fois saisie sélective de fragments de réalité, dispositif d’écriture-transcription et attribution de valeur au sein d’une échelle graduée.

Dans la phase 2019 du projet, l’objectif de l’ «Agence de notation» est d’enquêter sur les centres culturels (Centre Pompidou, Cent quatre), leurs usagers et leurs publics, en investissant ces lieux pour en fournir une évaluation.