Est-Ethique by Design

Les développements récents de l’Intelligence Artificielle (IA) ont conduit à la revendication croissante d’une nécessaire prise en compte des enjeux éthiques et politiques de cette dernière. Soulignant le manque de réflexion éthique et politique sur ce sujet, qui transforment l’IA en expérimentation sociale grandeur nature et sans garde-fous, il peut sembler pertinent d’adopter à l’égard de l’IA une démarche « expérimentale » consistant à se demander si l’IA est moralement acceptable, et sous quelles conditions elle peut l’être. Durant son discours au Collège de France du 4/4/2018, Emmanuel Macron a promis de mettre au premier plan ces questions en soulignant la nécessité d’ancrer l’Intelligence Artificielle dans une éthique « by design ». Pourtant, la notion même d’éthique « by design »est loin d’aller de soi, notamment parce que cette notion ne permet ni de caractériser les contours du design, ni ceux de l’éthique – d’autant plus que les quelques tentatives existant de développer une éthique « by design » reposent sur les expériences de pensée et les dilemmes moraux, qui ne sont pas sans poser problème.

Le projet prend la question de l’éthique « by design » dans sa dimension d’expérimentation sociale en s’articulant autour de la notion de « portrait-robot ». Il propose à la fois de conduire une réflexion conceptuelle sur les limites des expériences de pensée ainsi que des dilemmes moraux et de proposer une forme alternative de réflexion éthique sur l’IA ancrée dans l’expérience conçue comme expérience prosaïque, pratique et poétique, prenant en compte diverses formes de créations artistiques, qu’elles soient ou non élaborées dans le cadre du projet. Le projet interroge la relation tissée avec la machine et avec autrui en s’appuyant sur les différentes formes de « viséagité ».